15/06/2012

A VELIB', VELIB' et demi

CRN.JPGGenève et sa toute nouvelle société « TPG Vélo SA » auraient tout intérêt à s'inspirer de l'expérience du Conseil régional du district de Nyon, primé ce vendredi 15 juin 2012 dans le cadre du concours genevois du développement durable, qui a su fédérer les communes autour d'un système de Vélib' helvético-compatible ...

Pourquoi cela ? Rappelez-vous, en 2008 déjà, l'association Genèveroule avait (aussi) reçu le Prix du développement durable pour son Projet, à l'époque très novateur, de vélos en libre service en Ville de Genève. Malheureusement, celui-ci n'a pas été retenu par les autorités.

Puis rebelote au printemps 2009, où l'on reparle très largement, dans les médias, de l'arrivée prochaine de Vélib's en Suisse romande ...

Espérons alors que Genève et « TPG Vélo SA » sauront s'inscrire dans un système unifié où, avec une carte unique, il sera possible de circuler tant à Genève, qu'à Sion, Lugano ou encore Fribourg.

En effet, à ce jour, il n'est pas sûr que le système envisagé pour 2013 soit compatible avec celui exploité et largement reconnu en Suisse, notamment dans la proche région vaudoise et au CERN.

Pourtant, la clef du succès auprès des pendulaires et autres usagers occasionnels du vélo passera obligatoirement par une unification des systèmes proposés au niveau régional, voir national.

A ce jour, avec le système « VELOPASS », il existe tout ce qu'il faut pour répondre à ce challenge, avec pas moins de 10 réseaux, 82 stations et 800 vélos ... disséminés en Suisse romande et au Tessin (www.velopass.ch).

Ce qui est aussi intéressant dans le District de Nyon, c'est que les collectivités publiques ont sus s'associer avec des entreprises, dans un partenariat public-privé, pour assurer une meilleure distribution des stations et des vélos, ainsi qu'une plus grande diversité d'usage ...

Alors, qu'on se le dise !!!

 

Boris Calame

Président du jury du Concours du développement durable

 

Le très beau palmarès du concours est à découvrir sous :

http://ge.ch/dares/developpement-durable/actualite-remise_bourse_prix_distinction_cantonales_developpement_durable_2012-8933.html

17/06/2011

CEVA … le retour ?!

La décision du Tribunal fédéral administratif (15.06.2011), de rejeter les 22 recours restants contre la réalisation du CEVA (liaison ferroviaire Cornavin - Eaux-Vives - Annemasse), fera sans aucun doute date dans l'histoire de Genève.

D'ici 2018, nous devrions pouvoir rejoindre en train, depuis les gares existantes de la région et à venir du CEVA, de nombreux quartiers, mais aussi des communes et des villes, tant en Suisse qu'en France.

Cette infrastructure créera le lien tant attendu entre les réseaux ferrés Nord (Suisse - CFF) et Sud (France - SNCF/RFF) du Léman ou Rhône.

Et même depuis Champel, quartier historique à forte opposition, on pourra rejoindre en train, sur la même rive,  des lieux comme Chêne-Bourg, Annemasse, Evian, Annecy et, sur l'autre rive, Satigny, Cointrin, Nyon, Lausanne, Sion ou encore Zürich.

La liste n'étant pas exhaustive, il s'agira là pour Genève et bon nombre de ses habitants de découvrir une « nouvelle » forme de mobilité, rapide, sûre et durable.

Une question qui se pose toutefois est de savoir pourquoi pareille procédure est/semble pareillement longue, alors même que voilà maintenant 3 ans que la décision de l'Office fédéral des transports (05.05.2008) était contestée par voie de recours (du 3 au 23.06.2008, 64 recours ont étés déposés).

Pour y répondre et si vous en avez le courage, je vous invite à parcourir ou lire l'arrêt du TAF du 15.06.2011 (A-3713/2008 à télécharger ici) ou, pour le moins, le communiqué de presse y relatif du 16.06.2011 (à télécharger ici). Tous ces documents se trouvent également sur le site du TAF à l'adresse : http://www.bvger.ch/index.html?lang=fr

Pour ce qui en est de la procédure, même si celle-ci semble longue, il est normal que les citoyens et/ou collectivités puisent défendre leurs intérêts devant une/des instance/s juridiques supérieures. Ceci permet et/ou a permis à certains opposant/e/s de trouver des arrangements qui améliorent le projet ou, pour le moins, respectes (mieux) leurs intérêts.

Un sujet particulièrement querellé (et peut-être justifié) était les risques de propagation de sons et/ou vibrations, qu'ils soient solidiens ou aériens, liés à l'activité à venir dans cette infrastructure.

Pourtant, pour pouvoir vérifier la dynamique et le chemin de propagation, le Maitre de l'ouvrage a clairement annoncé et écrit qu'il se devait de réaliser en premier le gros-œuvre (tunnel), afin de déterminer la façon de poser les voies et, le cas échéant, mettre en place les systèmes ad-hoc limitant les nuisances.

Aurait-il été raisonnable d'envisager construire quelque chose qui, à priori, aurait pu ne pas répondre aux exigences légitimes des riverains et aux contraintes légales ? Non ! Il faut le reconnaître, le Maître de l'ouvrage a agît là avec bon sens.

Reste aux opposants d'agir de façon similaire et peut-être, ainsi, que nous aurons l'occasion de voyager ensemble, en 2018, sur ce nouveau tronçon !

Enfin, en ce qui concerne l'éventuelle participation de Genève à l'infrastructure entre la frontière franco-suisse et la gare d'Annemasse ... même si cela devait être le cas, par exemple à la hauteur de 100 millions, cela ne ferait qu'un million par an sur le durée de vie de l'infrastructure ou à peu de chose prêt les surcoûts liés à la durée de procédure devant les tribunaux.

 

 

Pour relier Genève et la région, que dire de mieux VIVE le CEVA ?!

 

 

Boris Calamedesigner sgd et écologue, indépendant, constituant,

vice-président de la coordination transports et déplacements

 

 

29/11/2009

Ceva pour Noël ...

Il y a quelques jours, je recevais une image du Père Noël (et son badge) qui a du avoir un effet prémonitoire.

Je tenais, dans ce dernier billet spécifique à cette votation, la partager avec vous et dédier le vote des genevoises et genevois à mes enfants, à nos enfants qui sauront profiter de cette nouvelle infrastructure.

 

 

Photo iPhone 003.jpg

 

 

Merci à toutes celles et tous ceux qui savent croire en l'avenir de Genève, une Genève où il faite bon vivre avec une mobilité écocompatible, rapide et confortable.

 

Boris Calame, constituant, designer et écologue indépendants

Vice-président de la Coordinations Transports et Déplacements.

 

27/11/2009

Et si dimanche on fêtait Noël ?

J-2, les débats se calment au sujet du CEVA, moi, dimanche, si le CEVA peut se réaliser, je le dédierai à mes enfants, à nos enfants, comme le plus beau cadeau de Noël !

 

En effet, pour une fois que nos politiques ne traitent pas que de l’urgence et nous proposent un projet de qualité, indispensable, visionnaire et évolutif au service de Genève, je me dois d’espérer que nos citoyens ne se sont pas et ne se feront pas avoir par les arguments simplistes et mensongers des référendaires.

 

Dans mon billet du 20 juillet 2009, publié sur mon blog,

 

http://associatifetdurable.blog.tdg.ch/archive/2009/07/20...

 

je prenais position pour que le référendum aboutisse, afin que la population soit associée à ce grand projet pour Genève et puisse le valider en connaissance de cause.

 

Force est de constater que dans le cadre de cette votation, le seul endroit (ou presque) où l’on trouve vraiment matière à s’informer, à débattre et à se forger une opinion est le Web (sites, blogs, TDG,…). Les informations et échanges sont nombreux, les arguments contre le CEVA peu honnêtes.

 

Constatant que nous sommes confronté à une vision réductrice de Genève et d’intérêts totalement opposés pour Genève, il aurait été pertinent que les collectivités donnent réellement une information factuelle sur le projet, ce au service de l’ensemble de la population.

 

Certains veulent, peut-être trop souvent, comparer le CEVA (liaison ferroviaire entre deux réseaux existants) et le M2 Lausannois (métro urbain). Une chose est sûre, il y a sept ans, dans le cadre de la votation (référendum financier obligatoire, selon la Constitution vaudoise) sur le M2 (24.11.2002), la population vaudoise a été pour sa part activement informée par leurs autorités sur le tracé, l’emplacement des gares et les enjeux liés. La population a alors plébiscitée ce projet novateur (62% de OUI) qui a été inauguré le 18 septembre 2008, soit 17 ans après l’impulsion initiale de la Ville de Lausanne.

 

Dans notre monde complexe et surmédiatisé, c’est bien encore l’information qui permet de forger son opinion. J’espère en tous les cas que nos autorités sauront tirer profit de cette expérience et puissent enfin être mieux et plus à l’écoute des genevoises et genevois, en anticipant les attentes et/ou craintes de ces derniers.

 

Mais il est toutefois encore possible, d’ici dimanche, de valider ce projet en faveur des générations actuelles et à venir, par la concrétisation d’une mobilité rapide, performante et durable, en votant OUI au CEVA.

 

 

Boris Calame constituant, designer et écologue indépendant

Vice-président de la coordination transports et déplacements

 

 

Intéressant discours de François Marthaler, Conseillers d’Etat vaudois en charge du Département des infrastructures, prononcé le 18 décembre 2008 lors de l’inauguration du M2 :

 

http://blogs.verts-vd.ch/marthaler/2008/09/19/naissance-d...

 

 

25/11/2009

CEVA, un tracé au service de Genève !!!

Pour contourner leur quartier, les opposants de Champel au CEVA veulent massacrer toute la région de Plan-les-Ouates, Saconnex-d’Arve et Bardonnex et détourner l’usage de cette infrastructure au « profit exclusif » d’un trafic pendulaire.
En regardant de plus près une superposition du plan de l’Office cantonal de la statistique et le tracé du CEVA, on constate que le projet soumis à votation populaire répond pleinement aux besoins réels des habitants et visiteurs de l'agglomération genevoise.
CEVA_et_population_Canton-de-GE.jpg

Il permet réellement de desservir des pôles importants en matière de vie, d’activité et de loisirs. Il est garant que cette infrastructure fonctionne tous les jours et au meilleur avantage de toutes et tous.

CEVA_et_population_Ville-de-GE.jpg

Le CEVA c’est le projet de Genève au service des genevois et genevoises, ne nous laissons pas voler ce magnifique projet par des opposants destructeurs et menteurs !!!

 

Alors et encore, pour nous et nos enfants, un grand OUI au CEVA s’impose !

 

 

 

Boris Calame constituant, designer et écologue indépendant

Vice-président de la coordination transports et déplacements