13/10/2010

A la Constituante : Passons des signes aux actes …

Visiblement la stratégie développée et tenue depuis ce printemps par les groupes de droite, fédérés par les représentants de l’économie libérale et dure, commence à se lézarder … différents contacts informels laisserait entrevoir un retour à des débats constructifs … espérons rapidement !!!

 

En effet, de nombreux Constituant/e/s de droite comme de gauche se lassent d’une situation destructive, alors même que l’objet même pour Genève de réécrire sa Constitution est et devrait être de fédérer les genevois et genevoises autour d’un projet commun et novateur, qui préserve les acquis populaires. La situation qui prévaut actuellement ne peut que braquer tout un chacun contre ce projet.

 

Un constat, les résultats des votes en plénière ne sont pas bon, car trop fréquemment liés à la circonstance et à des majorités de quelques voix. En fait, tout le monde sait qu’il faudra, en 2012, une très forte adoption par l’Assemblée du texte constitutionnel, pour espérer que le peuple souverain la suive.

 

La réflexion initiale n’était certainement pas suffisante, notamment autour de la définition d’un minimum commun à préserver, mais il faut aussi constater que dans sa courte histoire, par l’engagement de ses membres, l’assemblée à réussit à surmonter passablement d’écueil, espérons qu’elle retrouve la sagesse, se libère du carcan et de la main mise imposés par certains.

 

Appelons les forces progressistes, de gauche et de droite, à la raison, au sérieux, à la collaboration … il n’est en effet pas possible de faire « que des frustrés », au sein et en dehors de l’hémicycle, et espérer atteindre la mission qui nous a été donnée par la population et pour laquelle nous nous sommes engagés.

 

Sortons d’une logique préélectorale en vue des prochaines municipales et surmontons les simples rapports de force. Il est encore temps de revoir sérieusement l’avant-projet de Constitution, qui devrait être mis en consultation en début 2011. Celui-ci devant aussi nous amener des réactions positives et pas seulement négatives.

 

Sans mentir à la population, portons ensemble des propositions réalistes et non utopiques, écoutons sérieusement les attentes et autres doléances de nos concitoyens.

 

La dernière ligne droite des travaux en plénière, avant la consultation, et les éventuels repêchages opérés seront représentatifs. Ils permettront de décrypter clairement la volonté commune de faire aboutir ou échouer ce projet pour Genève et non contre Genève.

 

Forces progressistes, il n’est peut-être pas encore trop tard, réveillez-vous !!!

 

 

Boris Calame, designer sgd et écologue, indépendant

Constituant, élu sur la liste des Associations de Genève