08/10/2010

A la Constituante – Conflits de loyauté ?

Lettre ouverte à quelques « indépendants »

A la Constituante, il y a différents groupes politiques qui ont pris des noms spécifiques pour leurs campagne et l’accès à ce parlement un peu particulier … certains ont aussi voulu élargir leur base, amener sans doute de nouvelles idées, voir faire émerger de nouveaux talents … à l’exemple de :

· Libéraux & Indépendants

· Mouvement changer Genève

· Radical ouverture

· Socialiste pluraliste

· Les Verts et Associatifs

Une chose est sûre, la volonté initiale d’élargissement semblait sincère et permettait d’envisager des débats riches et attentifs, afin de construire ensemble ce projet pour Genève.

Mais un constat s’impose, ilest certainement pas facile de défendre ses valeurs et son indépendance tout en assumant pleinement sa loyauté envers ses paires et son groupe politique … pour différent/e/s élu/e/s, la réalité est très certainement source de conflit intérieur et de frustrations. Quelques exemples :

 

· Comment est-il possible de voter contre des allocations d’études (03.06.2010) - pour un ancien dirigeant de l’alma mater - pourtant prérequis indispensable à de nombreux jeunes, pour pouvoir accéder aux études supérieures ?

o Thèse « 102.121.e » validée en commission et REFUSÉE en plénière :

« L’égal accès de toutes et tous aux établissements de formation est garanti ».

o Thèse « 102.121.f » validée en commission et REFUSÉE en plénière :

« Toute personne dépourvue des ressources personnelles ou familiales nécessaires à une formation initiale reconnue a droit à une aide de l’Etat ».

 

· Comment est-il acceptable de ne pas (pouvoir) parler des communes (21.09.2010), pour une élue d’un exécutif municipale, lors des débats y relatif en plénière ?

 

· Comment est-il possible de s’opposer à des amendements qui répondent aux besoins du monde agricole (07.10.2010) pour une élue qui se dit «En prise directe avec les défis agricoles et viticoles actuels, et mets au rang des valeurs fondamentales le développement d’un cadre de vie favorisant une agriculture de proximité (…) » ?

o Propositions d’ajout sur la thèse initiale, par les Associations de Genève non voté :

« L'Etat favorise une agriculture de qualité, diversifiée et respectueuse de l'environnement et des travailleurs ainsi qu'un approvisionnement local et régional ».

o Proposition d’ajout des Associations de Genève et REFUSÉ en plénière :

« Il (l’Etat) encourage une agriculture de proximité, diversifiée dans ses productions et ses formes d'exploitations agricoles ».

« Il (l’Etat) veille à ce que les agriculteurs locaux puissent obtenir pour leurs produits des prix rémunérateurs liés aux coûts de production ».

« Il (l’Etat) soutient les projets rapprochant producteurs et consommateurs, telle que l'agriculture contractuelle de proximité ».

 

En se satisfaisant de « L'Etat encourage une agriculture diversifiée de qualité, respectueuse de l’environnement et de proximité. Il contribue à la promotion des produits agricoles du canton. »

… il existe bien sûr bon nombre d’autres exemples ...

 

Allons, un peu de bon sens, retrouvez vos valeurs et votre indépendance.

 

Dans l’attente de vous revoir, cordialement.

 

 

 

Boris Calame Constituant élu sur la liste des Associations de Genève

26/05/2010

Stratégie de sabordage à la Constituante !

A force de vouloir jouer avec le feu, les groupes de droite de l’Assemblée constituante ont lancés le sabordage pur et simple du projet de nouvelle Constitution pour Genève.

Déjà, le 20 mai 2010, des thématiques tels que "La promotion de la culture", "la protection du patrimoine et la sauvegarde des intérêts des générations futures" ou encore "l'aménagement du territoire et la promotion du logement" ont étés bannis du projet de nouvelle Constitution pour Genève.

Comment est-il possible que ce jour des thématiques aussi importantes que « la non discrimination1 » ou « l’égalité entre femmes et hommes2 » puissent être refusées par une majorité de Constituant/e/s, soit respectivement 36 Non / 34 Oui / 0 Abstention et 35 Non / 32 Oui / 1 Abstention.

Après des débats particulièrement destructifs, il faut bien constater que certaines femmes, élues pour écrire notre nouvelle charte fondamentale, ne sont pas pour une égalité entre les femmes et les hommes. On savait la sous-représentation des femmes dans cette assemblée, mais d’en arriver à pareille résultat … qui l’aurait cru ?

Après un amendement du MCG proposant une nouvelle rubrique largement édulcorée « Buts sociaux » et non contraignante, en lieu et place de 14 thèses des « Droits fondamentaux » proposées par la Cot1, les groupes et élu/e/s de droite ont imposés un non débat et, notamment, la disparition dans le projet de nouvelle Constitution des thèses liées au « droit au logement »,  « droit aux allocations de naissance ou d’adoption et aux allocations familliales », « droits d’accès aux études et à une formation certifiante », « droit à un salaire équitable », …

Fort de ce constat, le groupe des « Associations de Genève » ne pouvait que se rallier à la position des groupes de gauche en quitant la séance plénière de l’Assemblée constituante sur le coup de 20h40, ce mardi 25 mai 2010.

Si la stratégie destructrice des groupes de droite devaient perdurer, il serait bien légitime de se poser la question de l’intérêt de poursuivre des débats qui n’ont plus aucun sens, du moment que la population ne pourra que refuser le texte proposé. Es-ce bien là la stratégie de la droite ?

 

Boris Calame, designer sgd et écologue, indépendant

Constituant, élu sur la liste des Associations de Genève

 

1 Thèse "102.21.b" soumise au vote et refusée : Nul ne doit subir de discrimination ni tirer avantage du fait notamment de son origine, de son ethnie, de son sexe, de son âge, de sa langue, de son état de santé, de sa situation sociale, de son mode de vie, de son orientation sexuelle, de ses convictions religieuses, philosophiques ou politiques ni du fait d’une déficience.

 

2 Thèse "102.21.c" soumise au vote avec son amendement et refusée : La femme et l’homme sont égaux en droit. Il ont droit notamment à la même formation, à un salaire égal pour un travail de valeur égal, à l’égalité des chances dans la vie professionnelle et la vie familliale. L’Etat fait en sorte que les fonctions publiques soient assumées tant par des femmes que par des hommes.

 

NB : Les débats peuvent être suivis dès 09h00 le lendemain des plénières sur Léman Bleu ou sur le site de la Constituante à l’adresse : http://www.ge.ch/constituante/video/nosvideos.asp