05/05/2011

Déclassement des Cherpines – Information factuelle versus propagande immobilière - Lettre ouverte à Philippe Roch

Cher Philippe Roch,

 

C'est avec stupeur que j'ai découvert ta position pro-déclassement du secteur de la Plaine de l'Aire, dit des Cherpines-Charrottons (annonce publicitaire, TDG 30.04.2011).

 

Défenseur de l'environnement, tu y affirmes que toutes les infrastructures ont été étudiées (...) pour réaliser un écoquartier. Soit, tu as été intoxiqué par quelques pros-déclassement, soit ton propos est intéressé ?!

 

En effet, dans le cadre d'un projet de déclassement et encore plus dans le cas présent et la loi qui est proposée au peuple ce 15 mai 2011, il n'est pas possible d'affirmer pareil propos, ce que tu sais pertinemment, toi qui a été éminent Directeur de l'OFEFP (Office Fédéral de l'Environnement, des Forêts et du Paysage).

 

Même dans le projet d'urbanisme qui semble lié, il peut y avoir des intentions générales, mais en aucun cas des détails comme tu l'affirmes. On le voit très simplement, il y a quelques jours encore, le projet d'une éventuelle liaison du tram vers Saint-Julien passait exclusivement sur la route de Base, maintenant il s'annonce comme une pénétrante au cœur du quartier projeté, en défavorisant de fait la déserte de la ZIPLO (Zone Industrielle de Plan-les-Ouates).

 

Dans le cas présent, le terme d'écoquartier est galvaudé, il ne repose sur aucun critère chiffré ou factuel. Certes, réaliser des bâtiments de type Minergie est bien, mais cela n'en fait pas pour autant un écoquartier. Gérer l'eau, non pas l'approvisionnement mais bien l'évacuation, est simplement une obligation légale.

 

Toutes les données contraignantes actuelles ne donnent aucun garantie de quoi que ce soit, si ce n'est qu'un quart de la surface (13 hectares sur les 58 déclassés) sera dévolue à une zone industrielle et d'activité supplémentaire ... alors que celles-ci sont largement sous-densifiés (ni complètes, ni optimisées) et que l'on ne manque pas de locaux commerciaux et d'activité à Genève, mais bien de logements !

 

Pour ce qui en est de la position du WWF, elle est sans ambiguïté ...

Position WWF - Cherpines-Charrottons.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En soutenant clairement le NON (en l'état) à ce déclassement, tu répondrais plus justement aux défis de l'aménagement de notre canton pour ce XXIe siècle.

 

Dans l'attente, bien à toi.

 

Boris Calame

Designer SGD et écologue, Constituant

 

D'autres informations sont aussi disponibles sur le site des référendaires : www.plainedelaire.ch

04/05/2011

Prix et bourse du développement durable 2011 et journée des entreprises - Vendredi 13 mai au CERN

Pour découvrir en primeur le très beau palmarès 2011 du prix et de la bourse du développement durable, inscrivez vous à la cérémonie qui aura lieu le vendredi 13 mai 2011, de 11h00 à 12h15, au Globe de la Science et de l'Innovation situé au CERN.

 

Le même jour, de 08h45 à 11h00, et au même endroit, dans le cadre du Festival du développement durable, aura lieu la journée Entreprise avec un retour d’expérience sur la « mise en œuvre d’une politique de développement durable », ainsi qu’une table ronde sur le thèmes « Décroissance et développement durable : les entreprises en question ».

 

Inscrivez vous ! Ces évènements seront suivis d’un cocktail dinatoire.

 

Accès direct en tram par la nouvelle ligne n°18 Coutance – CERN (trajet 23 minutes)

 

Inscription en ligne : http://www.festivaldd.ch/default/subscribe/index/det_id/2...

 

Plus d’informations pour la journée : http://ge.ch/dares/developpement-durable/actualite-laurea...

 

 

Au plaisir de vous y rencontrer

 

 

Boris Calame designer sgd et écologue, indépendant

Président du jury du prix et de la bourse cantonaux du développement durable

FDD-Logo-Mail.jpg

 

 

 

03/05/2011

Un écoquartier à forte densité aux Cherpines-Charrottons ?

&

Il y a deux secteurs du territoire genevois qui sont annoncés comme prochains modèles d'écoquartiers. Il y a un premier projet porté par l'Etat et les communes de Plan-les-Ouates et Confignon, pour déclasser et aménager le secteur dit des « Cherpines-Charrottons » (Plaine de l'Aire) et mis en votations ce 15 mai, et un second projet porté par la Ville de Genève qui est nommé « Carré-vert » ou « écoquartier de la Jonction ».

 

« Cherpines-Charrottons » c'est 58 hectares (www.ge.ch/cherpines), avec :

- 30 hectares dévolus au logement, soit la moitié de la surface totale déclassée, pour 3'000 logements

- 13 hectares de développement industriel et artisanal, soit près d'un quart de la surface, pour 2'500 emplois

- 15 hectares d'infrastructures sportives, soit plus d'un quart de la surface totale (en plus de l'existant)

- Une éventuelle ligne de tram en direction de St-Julien et sans doute toujours 7'000 places de parcs,

 

« Carré-Vert » c'est 3 hectares (www.carre-vert.ch), avec :

- 300 logements

- des commerces et activités

- un forum, des espaces culturels et associatifs

- des dépôts du Musée

- une crèche, un demi groupe scolaire et des locaux parascolaire

- le tram devant la porte

 

Une  simple comparaison s'impose entre les « Cherpines-Charrottons », où il est prévu de réaliser 52 logements par hectares, et le « Carré-vert », où c'est 100 logements par hectares qui sont planifiés, soit presque le double, tout en y implantant les infrastructures nécessaires à son bon fonctionnement et, autant que possible, à sa cohésion sociale.

Il est alors mensonger de prétendre que le projet d'aménagement des « Cherpines-Charrottons » est dense et économise le sol. Par la sous-densification qui y est prévue, gt;il s'agît en fait d'un gaspillage effréné du territoire, qui à comme but de satisfaire les communes de Plan-les-Ouates, pour la réalisation d'un méga centre sportif qui occuperait le quart de l'espace disponible (en plus des terrains de sport déjà existants), et d e Confignon, pour la réalisation d'un quartier industriel et artisanal qui occuperait un autre quart de l'espace disponible et lui rapporterait quelques revenus fiscaux.

Il est bien évident qu'avec un tel programme, le potentiel de réalisation de logement ne peut être que minimaliste.

Alors OUI pour des logements à Genève, mais NON le 15 mai à ce déclassement de la Plaine de l'Aire (secteur « Cherpines-Charrottons ») qui nous annonce, en l'état, un gaspillage extraordinaire du sol.

Dans cette campagne de votation où le rouleau compresseur de la propagande politique mensongère est bel et bien lancé, les pros-déclassement nous annoncent que nous nous prononçons exclusivement sur le déclassement (ce qui est formellement le cas), mais à entendre les arguments utilisés en faveur de celui-ci, il faut constater que la campagne en faveur du projet d'urbanisme concocté sous l'égide de nos autorités est omniprésent et c'est donc bien de cela que l'on parle.

Le résultat du vote influera donc directement les options et/ou décisions à prendre par nos autorités, à savoir une certaine volonté (ou pas) de faire évoluer ce projet qui, pour l'heure, brande notre sol, cette précieuse ressource non renouvelable.

Est-il en effet acceptable avec l'exiguïté de notre territoire et la pénurie de logements à Genève que, sur une surface déterminée, on en gaspille près de la moitié pour des zones d'activités et sportives ... et que le reste soit, en plus, sous-densifié ?

De plus, à voir la dernière publication éditée par l'Etat au sujet de ce quartierCherpines4dLIGHT.pdf, il et évident que nous ne serons pas là en présence de logements répondants aux besoins prépondérants de la population, mais bien de logements réservés à une certaine élite ...

Le bon sens oblige alors à s'opposer au déclassement prévu en l'état, dans l'attente que le gouvernement revoit sa copie et nous présente un nouveau projet ...

 

Boris Calame

Designer SGD et écologue, Constituant

 

D'autres informations aussi disponibles sur le site des référendaires : www.plainedelaire.ch

27/04/2011

Cherpines-Charrottons, le déclassement ne répond pas aux exigences du plan directeur cantonal et au Projet d’agglomération franco-valdo-genevois !

Dans le Plan directeur cantonal en vigueur, approuvé par la Confédération (fiche 2.04 du schéma directeur), il est dit qu' « Il s'agira, pour tout projet de déclassement (ndlr : soit en amont de la décision de déclassement), de fournir un exposé des motifs établissant notamment :

  • la clause du besoin;
  • les mesures de regroupements intercommunaux,
  • le cas échéant; que le projet ne peut pas prendre place dans la zone à bâtir;
  • les mesures prises pour maîtriser le prix du terrain;
  • les mesures prises pour garantir la qualité de l'aménagement (PAC pour les projets d'envergure);
  • la desserte du périmètre par les transports collectifs;
  • les mesures de compensation quantitatives et/ou qualitatives portant sur les impacts nature et agriculture;
  • les mesures pour limiter la consommation du sol (indice d'utilisation, etc.);
  • la planification des équipements publics de quartier (compétence communale);
  • les équipements publics de quartier, ainsi que la desserte en transports publics, sont à planifier simultanément aux projets d'urbanisation.»

Dans ce cadre et en comparaison de l'existant, il est avéré que l'aménagement de ce secteur, tel que prévu au jour d'aujourd'hui ne répond pas au plan directeur cantonal et au principe retenu par le projet d'agglomération, soit la réalisation d' « une agglomération compacte, multipolaire et verte ».

Aujourd'hui on parle en effet de réaliser sur 58 hectares seulement 3'000 logements, soit accueillir environ 6'000 habitants, et développer une zone d'activité pouvant accueillir environ 2'000 emplois. Le tout avec les infrastructures nécessaires au (bon) fonctionnement de l'ensemble (voiries, zones de commerces et d'activités, zones dédiées aux loisirs, à la culture, aux sports et à la détente, ...).

La votation du 15 mai ne se limite donc pas au déclassement à proprement, mais bien à la validation de principe d'un gaspillage effroyable de notre territoire en le sous densifiant, de plus dans un secteur de terres agricoles d'excellente qualité, perdues à tout jamais.

A titre de comparaison, sur une surface équivalente, il est intéressant de calculer le ratio pour quelques communes qui peuvent servir de modèles (source ocstat : surfaces habitables et infrastructures) :

En ville de Genève, sur une surface équivalente, on trouve en moyenne 4'138 logements, 7'573 habitants (55%) et 6'197 emplois (45%) ; en ville de Carouge (apparemment pris comme modèle d'urbanisme par l'Etat pour le projet d'urbanisme de ce secteur), c'est en moyenne 2'580 logements pour 5'184 habitants (48%) et 5'519 emplois (52%).

Si l'on calculait un ratio complémentaire, en favorisant le logement par rapport à l'emploi (ce qui est prévu aux Cherpines-Charrottons est de ¾ d'habitants pour ¼ d'emplois, alors que l'urgence est le logement et non l'emploi), on devrait alors, sans problème, parvenir à réaliser 50% (voir 100%) de logements en plus, avec une qualité de vie similaire à celle de Carouge, soit accueillir au final 9'000 à 12'000 habitants en lieu et place des 6'000 escomptés.

Il est donc en l'état inconcevable que l'on choisisse de déclasser cette zone agricole sans avoir une vision arrêtée de l'aménagement de ce secteur. Dans le cas présent, il ne s'agît pas seulement de déclasser des terres agricoles, mais bien d'un aménagement majeur qui, si il devait être accepté en l'état, serait un gaspillage incommensurable de territoire.

Alors, pour l'heure, il n'y a qu'une alternative c'est de s'opposer au déclassement, dans l'espoir que le projet soir remanié pour réponde aux exigences de durabilité et à l'exiguïté de notre territoire.

Il pourra alors être représenté au Parlement et, le cas échéant, à la population pour validation.

Il n'est plus concevable de dilapider cette ressource limitée et indispensable à la vie qu'est le sol. Le devoir de nos autorités est d'optimiser son utilisation et d'arrêter de le gaspiller en sous-densifiant les périmètres dévolus à la construction. Il faut bien évidemment aussi réserver et intégrer les espaces de proximité nécessaires à la cohésion sociale que sont les zones sportives, de loisirs et culturelles, ainsi que les aménagements et équipements publics !

 

Dans l'attente d'un projet véritable et durable, qui réponde aux besoins réels de Genève, de ses habitants et de l'environnement, le 15 mai : Votez NON au déclassement des « Cherpines-Charrottons ».

 

Boris Calame, designer sgd et écologue, Constituant

01/04/2011

A la Constituante – Prise de position du CE sur l’avant-projet de Constitution

Quand même curieuse et très minimaliste la prise de position du Conseil d'Etat. Composée d'une lettre de 4 pages (15 points) et d'une annexe de 5 pages (52 points), pour pas moins de 208 articles et 452 alinéas proposés à la consultation.

Sous l'angle juridique l'analyse semble s'être faite de façon bien partielle, sous l'angle de l'expertise et les compétences des départements et autres services, le retour est bien maigre ...

Est-ce à dire qu'ils n'ont pas été consultés en interne ?

En regard des positions des groupes politiques, on ne pourrait que déplorer le peu de conviction et d'engagement du Conseil d'Etat. L'avenir de son implication reste à démontrer, voir constater ...

Dans le cadre de cette consultation, il est intéressant de prendre connaissance de la prise de position des Associations de Genève et de la Fédération associative genevoise (FAGE), qui représente pas moins de 500 organisations et associations à Genève.

Dans ce document de 32 pages (voir ici ou sous www.associationsdegeneve.ch), dont 24 pages d'analyse, on y trouve des commentaires sur la « qualité » des articles et de nombreuses propositions d'amélioration, exprimées selon l'expertise et la réalité quotidienne des organismes membres.

C'est ainsi pas moins de 165 remarques et/ou propositions qui sont formulées, issues des 18 domaines de compétences présents au sein de la FAGE et ainsi répertoriés :

  • Agriculture
  • Coopération au développement et solidarité internationale
  • Culture
  • Droits fondamentaux
  • Questions économiques et financières
  • Education
  • Environnement
  • Economie sociale et solidaire
  • Etrangers, migration et interculturalité
  • Femmes
  • Formation des adultes
  • Jeunesse
  • Logement et aménagement du territoire
  • Paix
  • Proximité et loisirs
  • Santé
  • Social
  • Vie associative

 

Qu'on se le dise ...

 

 

Boris Calame, designer sgd et écologue, indépendant

Constituant, élu sur la liste des Associations de Genève