14/11/2009

CEVA, pour le bien commun !

En cette dernière ligne droite, avant la votation du 29 novembre et pour vous forger votre opinion, il serait bon de chercher l'information aussi auprès du monde associatif qui, de par ses statuts, défend un idéal de bien commun.

 

Toutes les associations traitant d'une mobilité durable à Genève sont en faveur du CEVA (* voir liste ci-après), certaines publient un billet sur leur site web, allez donc voir la raison de leur engagement.

 

ATE Genève: http://www.ate-ge.ch/

CITRAP Genève: http://www.citrap.ch/geneve

Pro Natura Genève: http://www.pronatura.ch/ge/

WWF Genève: http://www.wwf-ge.ch/

 

D'autre part, les médias sont invités le mardi 17 novembre à une conférence de presse, arguments à découvrir à la suite dans vos médias préférés.

 

Boris Calame

Vice-président de la Coordination Transports et Déplacements

 

* actif-trafiC Genève | ATE Genève - Association transports et environnement | CITRAP - Communauté d'intérêt pour les transports publics | Equiterre - Partenaire pour le développement durable | FAQH - Fédération des Associations de quartier et d'habitants | Greenpeace Genève | Pro Natura Genève | Pro Vélo Genève | UGP - Union genevoise des piétons | WWF Genève

08/11/2009

Pour relier la cité et la région, qui dit mieux que le CEVA ?

 

CTD_OUI-au-CEVA_vignette.jpg

 

 

Les associations membres et partenaires de la Coordination Transports et Déplacements (CTD), fortes de leurs 35'000 membres à Genève, s'engagent activement en faveur de la réalisation du CEVA (liaison ferroviaire entre Cornavin et les Eaux-Vives), proposée au vote des citoyens genevois le 29 novembre prochain.

 

En matière de mobilité et donc de nuisances liées, la CTD s’engage avec conviction et fermeté pour soutenir ce grand projet environnemental pour Genève. En effet, en ce début de XXIème siècle, nous nous devons de répondre aux enjeux auxquels nous sommes et seront de plus en plus confrontés.

 

Ce projet permettra de relier les 20 gares actuelles et à venir de Genève*. On pourra ainsi se rendre rapidement et confortablement d'un quartier à un autre, tout en préservant notre environnement.

 

A Genève, nous manquons malheureusement de culture et d'usage du train. Situé en bout de ligne du réseau des CFF, on a encore trop l'impression que celui-ci n'est utile que pour les autres ou pour aller à Paris en TGV.

 

Le projet du CEVA nous démontre tout le contraire. Il se déploie comme un RER (Réseau Exprès Régional), il est à l’image de ce que l’on trouve dans toutes les grandes villes de Suisse. Il est véritablement au service des habitants de Genève, en desservant rapidement et confortables les communes, les quartiers habités et les zones d’activités. De plus, il sera directement connecté aux transports publics de surface.

 

Réalisé entièrement en site propre, sur des terrains réservés depuis 100 ans, ce projet intègre toutes les données nécessaires pour se préserver d’éventuelles nuisances collatérales. Sa réalisation souterraine libérera du terrain, notamment pour construire du logement, et évitera des nuisances sonores liées.

 

Le CEVA permettra de réaliser la fameuse voie verte, réservée aux piétons et cyclistes, qui débutera aux Eaux-Vives et traversera les trois Chênes. Les habitants de ces derniers trouveront ainsi un calme légitime, pourront passer facilement d’une « rive à l’autre » de cette infrastructure entièrement souterraine et pourront de se déplacer jusqu’au centre-ville sur un cheminement naturalisé et entièrement protégé.

 

Le projet du CEVA est le projet de Genève en matière de développement durable. Il nous permettra de vivre un monde meilleur.

 

Qu’on se le dise, pour préserver Genève des nuisances, le 29 novembre le OUI s’impose !

 

 

Boris Calame, Constituant, designer et écologue indépendant

Vice-président de la Coordination Transport et Déplacement

 

*Versoix | Creux-de-Genthod et Genthod-Bellevue (Genthod / Bellevue) | Les Tuileries (Bellevue) | Chambésy (Pregny-Chambésy) | Sécheron, Cornavin, Champel-Hôpital et Eaux-Vives  (Ville de Genève) | Pont-Rouge et Bachet (Lancy / Carouge / Plan-les-Ouates) | Chêne-Bourg | Aéroport (Grand-Saconnex) | Cointrin (Vernier) | Vernier-Meyrin et Zimeysa (Vernier / Meyrin) | Satigny | Russin | La Plaine (Dardagny) | Pougny-Chancy (« Chancy »)

16/10/2009

Liberté du choix du mode de transport, la peur de demain …

Il est intéressant de constater, dans le cadre du débat sur la mobilité, traité en séance plénière de l’Assemblée constituante le 15.10.09, le positionnement des Constituant/e/s sur « la liberté individuelle du choix de mode de transport est garantie » (article 160A de la Cst actuelle, retenu par le peuple le 2 juin 2002).

Ne nous trompons pas, depuis l’adoption de cet article, aucune solution concrète n’a pu être trouvée pour répondre à la problématique de la mobilité à Genève et des nuisances liées. Les « PRO » et les « ANTI » utilisant cet article Constitutionnel selon la lecture qu’ils entendent lui donner.

Mais il est certainement vrai que l’opposition vient d’une peur des uns et des autres que de perdre une « certaine » qualité de vie.

· Pour les premiers, il s’agît de ne pas entraver leurs possibilités de se mouvoir quand ils veulent, comme ils veulent et où ils veulent, ce de façon individuelle et non contraignante.

· Pour les seconds, il s’agît de ne pas péjorer la santé des plus vulnérables et de préserver le climat, en assurant le développement de déplacements doux et/ou collectifs au profits de l’ensemble.

En terme de pollution de l’air, il est intéressant de se référer aux statistiques en la matière qui sont factuelles. Pour cela, il est pertinent de consulter le site http://etat.geneve.ch/dt/air/cadastre_no2-53-3223.html qui traite de la concentration annuelle et moyenne en Dioxyde d’Azote (NO2), qui ne peut être considéré comme partisan.

On y constate simplement qu’en ville de Genève (190'000 habitants et 145'000 travailleurs et 28'000 étudiants/apprentis), les normes fédérales en matière de protection de l’Air (OPAIR) ne sont (presque) jamais respectées, sauf peut-être par grande Bise comme ces jours.

Le NO2 est un indicateur de la pollution de l’air particulièrement intéressant, en effet, il s’agît là d’un gaz irritant qui pénètre dans les voies respiratoires profondes et peut provoquer de nombreux effets sur la santé de tous les habitants et travailleurs, avec influence plus grande sur les personnes vulnérables que sont les enfants et les ainés :

· Déclenchement de crises d'asthme

· Diminution des capacités à l'effort physique

· Apparition de maux de tête

· Diminution de la résistance aux infections

· Augmentation des symptômes de maladies chroniques (toux, bronchite...)

· Endommagement des tissus pulmonaires

La Mobilité et les nuisances liées sont des éléments bien trop importants pour laisser libre court à l’individualisme. Ce sont des problèmes bien réels qui touchent tout le monde, ils doivent donc recevoir une réponse globale.

Qu’on se le dise …

 

Boris Calame, designer sgd et écologue, indépendant

Membre du bureau de l'Assemblée Constituante genevoise et de la Commission thématique n°5 "Rôle et tâches de l’Etat, finances", Coordinateur du Cercle développement durable, élu sur la liste des Associations de Genève

14/10/2009

Comment concillier mode et durabilité ?

EFD2009_flyer_recto-2.jpg

En ces journées des « EthicalFashionDays », qui ont lieu à Genève, du 16 au 18 octobre 2009, à la maison communale de Plainpalais ( www.ethicalfashiondays.ch ), il est opportun de se demander comment concilier mode et durabilité, alors même que cette première a pour but premier de répondre à un besoin éphémère et immédiat ?

De par sa conception, le produit, qu’il soit accessoire, objet ou encore vêtement, a une faible durée de vie. Dans notre monde limité, le fait d’acheter puis, presque aussi tôt, jeter, ne peut plus être de mise. Aujourd’hui, de plus en plus d’individus souhaitent que les produits deviennent durables.

Pour concilier ces aspirations et ces besoins, l’introduction de la notion d’éthique, dans la production et la commercialisation des matières et des produits, permet de développer de nouvelles stratégies viables et durables. Il est bon de rappeler que l’éthique c’est les règles tacites ou écrites du bien vivre ensemble. Par le repect d’autrui et de notre environnement, nous pourrons y parvenir.

De fait, en intégrant dans toute production les préceptes du développement durable, soit la recherche d’équilibre entre ses trois composantes que sont l’économie, le social et l’environnement, nous pourrons nous assurer l’usage de produits qui sont conçus dans le respect de l’humanité et de notre planète.

Pour être durable, il faut aussi prolonger les cycles de vies, soit donner la possibilité à un produit, qui a perdu son usage pour l’un, de trouver une seconde vie avec l’utilisation par autrui et, au final, le recyclage du produit et de ses composantes permet de boucler le cycle de vie de la matière.

 

Par cette action de l’association NiceFuture, il faut constater qu’il est bien fini l’époque des bonnets en laine difformes et autres habits peu gracieux qui ont caractérisés, un temps, une certaine confection proche de l’environnement.

La démonstration est ainsi faite, que l’on peut avoir une confection de haute qualité, tant au niveau esthétique qu’environnementale, tout en respectant les individus qui en ont permis la réalisation.

 

Pour pouvoir vivre ensemble ce XXIe siècle, il se devra d’être durable, éthique et respectueux.

 

 

Boris Calame, designer sgd et écologue, indépendant

Membre du bureau de l'Assemblée Constituante genevoise et de la Commission thématique n°5 "Rôle et tâches de l’Etat, finances", Coordinateur du Cercle développement durable, élu sur la liste des Associations de Genève

 

13/10/2009

Réchauffement climatique, c’est de saison … ?!

Ce jeudi (15.10.09), l’Assemblée constituante genevois, en session plénière, se penchera sur la suite à donner au rapport de la Commission N°5 (Rôles et tâches de l’Etat, fiances) qui, sous son point 4, traite du climat.

La proposition y relative de la commission est formulée comme suit : « Le canton réduit ses émissions de gaz à effet de serre, au minimum conformément aux accords internationaux ».

Pourtant, au vu des enjeux planétaires majeurs et prioritaires pour notre avenir commun, n’aurait-il pas été sage d’écouter quelques spécialistes en matière de changement climatique et attendre les conclusions de la prochaine conférence de l’ONU, qui aura lieu à Copenhague du 07 au 18.12.09, avant de débattre d’une thèse minimaliste, qui ne fait que confirmer que l’on doit respecter (au minimum) le droit supérieur?!

De fait, en Suisse, les enjeux sont énormes. Que ce soit au niveau de la nature et de l’environnement, mais aussi en terme de sécurité des infrastructures et du financement des mesures de protection nécessaires. La Suisse a un habitat et un réseau de voies de communication relativement vulnérable, disséminé au travers des plaines, des vallées et des montagnes. Elle possède aussi ne nombreux lacs et rivières qui à tous moment peuvent se transformer en eaux tumultueuses, qui emportent tout sur leur chemin.

Ne nous trompons pas, nous sommes véritablement aux premières loges … il est donc indispensable de prendre des mesures actives et concrètes pour préserver notre équilibre climatique.

Pour vous donner un éclairage en la matière, à noter deux évènements prochains à ne pas manquer:

Forum d’information, jeudi 15.10.09, Genève - Uni-Mail, sur le thème « Quels sont les enjeux liés à la Conférence de Copenhague sur le climat? », organisé par Greenpeace. Info et programme sous : http://www.greenpeace.ch/fr/campagnes/climat/copenhague-2...

Fête du climat, samedi 17.10.09, Berne - Place fédérale, de 15h00 à 19h00, organisée par plus de 50 ONG suisses. Info et programme sous : www.voixpourleclimat.ch.

Qu’on se le dise … et au plaisir de vous rencontrer tout prochainement à Genève ou à Berne.

Bien cordialement.

 

 

Boris Calame, designer sgd et écologue, indépendant

Membre du bureau de l'Assemblée Constituante genevoise et

de la Commission thématique n°5 "Rôle et tâches de l’Etat, finances",

Coordinateur du Cercle développement durable,

élu sur la liste des Associations de Genève

 

 

Pour plus d’informations, vous pouvez aussi consulter :

http://fr.cop15.dk/ site de la conférence de l’ONU à Copenhague.

http://www.bafu.admin.ch/klima/index.html?lang=fr site de la Confédération sur le climat

http://www.copenhague-2009.com « Ultimatum climatique » des ONG françaises