10/10/2010

MOA et moi ?

>

Ce samedi à Rive, en plein centre de Genève, une manifestation à réunit plus de 1'000 jeunes (et moins jeunes), en toute convivialité et en musique, pour soutenir le MOA … là derrière, se pose la problématique de savoir « Quelle place pour la jeunesse à Genève ? » …

 

photo.JPG

 

Peut-on se plaindre d’une jeunesse qui « traine dans la rue » et en même temps lui refuser des lieux qui lui sont propres, des lieux de vie, des lieux de culture ?

 

Selon les bruits qui courent, ES annonce qu’après le MOA ce sera au tour de l’Usine …

 

Le délégué à la jeunesse de le Ville de Genève, M. Claudio Deuel, cité récemment dans la tribune, mentionnait effectivement cette problématique comme bien réelle. Alors, à quand un MOA mobile ?

 

Une politique globale de la jeunesse serait vraiment la bienvenue à Genève.

 

A savoir si l’Assemblée constituante saura prendre en considération prochainement cette « thématique » et lui donnera une valeur constitutionnelle.

 

Les thèses proposées à l’Assemblée* :

 

508.81.a Politique de la jeunesse : L’Etat tient compte des besoins et des intérêts particuliers des enfants et des jeunes en mettant en œuvre une politique de la jeunesse.

 

Dans un autre registre, qui est celui des « Loisirs », et assez proche tout de même :

 

508.32.a Accès aux loisirs : L’Etat favorise l’accès à des loisirs diversifiés, pour tous, qui contribuent à la cohésion sociale, à l’équilibre et au développement personnel.

 

508.32.b Proximité et moyens : L’Etat s’efforce de mettre à disposition des lieux de proximité accessibles à tous, ainsi que les moyens nécessaires pour atteindre ces buts.

 

Ne laissons pas notre jeunesse à la rue, ne lui refusons pas des espaces qui lui sont dédiés. Nous avons tous été jeunes, nous avons profités de ce qui existait en son temps, nous avons dansé sur notre musique, parfois même fort tard …

 

 

 

Boris Calame, Constituant, Président de la Maison de quartier de Champel

 

 

 

*Toutes ces thèses sont disposnibles dans le rapport n°508 « Vie sociale et participative » de l’Assemblée constituante, disponible su r son site internet (http://www.ge.ch/constituante)

 

08/10/2010

A la Constituante – Conflits de loyauté ?

Lettre ouverte à quelques « indépendants »

A la Constituante, il y a différents groupes politiques qui ont pris des noms spécifiques pour leurs campagne et l’accès à ce parlement un peu particulier … certains ont aussi voulu élargir leur base, amener sans doute de nouvelles idées, voir faire émerger de nouveaux talents … à l’exemple de :

· Libéraux & Indépendants

· Mouvement changer Genève

· Radical ouverture

· Socialiste pluraliste

· Les Verts et Associatifs

Une chose est sûre, la volonté initiale d’élargissement semblait sincère et permettait d’envisager des débats riches et attentifs, afin de construire ensemble ce projet pour Genève.

Mais un constat s’impose, ilest certainement pas facile de défendre ses valeurs et son indépendance tout en assumant pleinement sa loyauté envers ses paires et son groupe politique … pour différent/e/s élu/e/s, la réalité est très certainement source de conflit intérieur et de frustrations. Quelques exemples :

 

· Comment est-il possible de voter contre des allocations d’études (03.06.2010) - pour un ancien dirigeant de l’alma mater - pourtant prérequis indispensable à de nombreux jeunes, pour pouvoir accéder aux études supérieures ?

o Thèse « 102.121.e » validée en commission et REFUSÉE en plénière :

« L’égal accès de toutes et tous aux établissements de formation est garanti ».

o Thèse « 102.121.f » validée en commission et REFUSÉE en plénière :

« Toute personne dépourvue des ressources personnelles ou familiales nécessaires à une formation initiale reconnue a droit à une aide de l’Etat ».

 

· Comment est-il acceptable de ne pas (pouvoir) parler des communes (21.09.2010), pour une élue d’un exécutif municipale, lors des débats y relatif en plénière ?

 

· Comment est-il possible de s’opposer à des amendements qui répondent aux besoins du monde agricole (07.10.2010) pour une élue qui se dit «En prise directe avec les défis agricoles et viticoles actuels, et mets au rang des valeurs fondamentales le développement d’un cadre de vie favorisant une agriculture de proximité (…) » ?

o Propositions d’ajout sur la thèse initiale, par les Associations de Genève non voté :

« L'Etat favorise une agriculture de qualité, diversifiée et respectueuse de l'environnement et des travailleurs ainsi qu'un approvisionnement local et régional ».

o Proposition d’ajout des Associations de Genève et REFUSÉ en plénière :

« Il (l’Etat) encourage une agriculture de proximité, diversifiée dans ses productions et ses formes d'exploitations agricoles ».

« Il (l’Etat) veille à ce que les agriculteurs locaux puissent obtenir pour leurs produits des prix rémunérateurs liés aux coûts de production ».

« Il (l’Etat) soutient les projets rapprochant producteurs et consommateurs, telle que l'agriculture contractuelle de proximité ».

 

En se satisfaisant de « L'Etat encourage une agriculture diversifiée de qualité, respectueuse de l’environnement et de proximité. Il contribue à la promotion des produits agricoles du canton. »

… il existe bien sûr bon nombre d’autres exemples ...

 

Allons, un peu de bon sens, retrouvez vos valeurs et votre indépendance.

 

Dans l’attente de vous revoir, cordialement.

 

 

 

Boris Calame Constituant élu sur la liste des Associations de Genève

01/10/2010

"Naufrage de la Constituante" ou "la petite histoire de Genève" ...

A croire que les constituant/e/s ont oubliés leur mission, la raison de leur présence et la teneur même de l'engagement solennel (prestation de serment) qu'ils ont tenus, la plus part le 2 février 2009 (Art. 2 du règlement de l'Assemblée constituante):

 

« Pour l’avenir de la République et canton de Genève et pour le bien-être de sa population, je m’engage à exercer ma fonction sans jamais perdre de vue qu’elle est une délégation de l’autorité suprême du peuple, dans le respect du droit et en ayant pour seul guide les intérêts de la République, ainsi que la sauvegarde des libertés et des droits fondamentaux ;

- à me vouer avec diligence à la mission d’élaborer un projet de nouvelle Constitution dans le délai prévu par la loi ;

- à respecter le règlement de l’Assemblée constituante ;

- à être à l’écoute des autres et à travailler en tout temps dans le respect mutuel. »

 

Après bientôt deux années de travail intense dévolues à la mise en place et au bon fonctionnement de cette assemblée, un très fort engagement et de nombreuses concessions dans le travail des commissions pour l'élaboration du projet constitutionnel, est-il encore soutenable de poursuivre des travaux qui nous mènent obligatoirement dans le mur ?!

 

Toutes les révisions récentes de Constitutions cantonal ont amenée à des progrès sociaux et environnementaux. A Genève aujourd'hui, on ne parle plus que de régression, d'archaïsme et de conservatisme (libéral). Un excès de naïveté m'a sans doute fait croire et espérer qu'on était capable, à Genève aussi, de se mettre autour d'une table et de trouver ensemble des solutions consensuelles pour assurer "le bien commun", soit une qualité de vie pour toutes et tous dans un environnement préservé ... mais il faut encore et toujours constater que les rapports de commission, on s'y assoit dessus en balançant en plénière des amendement "foireux", sont soutenus par une majorité verrouillée ... et pourtant notre règlement dit clairement "Les membres délibèrent et votent sans instructions".

 

La rupture et les clivages sont tels, dans cette Assemblée, qu'il n'est et ne sera sans aucun doute plus possible de réparer les dégâts ou revenir à une négociation constructive ... La gauche (élargie) est peut-être naïve, mais certainement pas masochiste à attendre, encore et toujours, de prendre des coups ...

 

Enfin, à entendre certains, on se croirait véritablement sur des bans d'école, avec des élèves distrait, chahuteur et turbulents, ou peut-être plus justement dans la cour d'une école où l'on se venge, notamment pour régler de vieux conflits parlementaire, en imposant le poids d'une majorité de circonstance. Cette majorité, à forcer de braquer de nombreuse et diverses catégories d'électeurs, ne pourra en aucun cas se relever !

 

Alors oui, la Constituante de 2008-2012 est en l'état condamnée à sombrer dans la petite histoire de Genève, après un pr emier échec de révision en 1862, la Constitution de 1847 est donc condamnée à rester valable encore de nombreuses années ... l'avantage étant, sans doute, que ses quelques 120 révisions partielles, voulue par le peuple genevois, ne seront ainsi pas simplement éliminées !!!

 

Reste donc à savoir quand es-ce que l'on arrêtera ce cirque ...

 

 


Boris Calame, designer sgd et écologue, indépendant

Constituant, élu sur la liste des Associations de Genève

27/08/2010

Fonctionnaire, de près ou de loin, tu es maudis !

La majorité de la Constituante continue sur sa lancée … après les droits fondamentaux vilipendés, les locataires avec le droit au logement supprimé, l’égalité des femmes supprimée, ainsi que toute forme de parité refusée, voici le tour des fonctionnaires* …

 

Comment faire prendre raison aux quelques Constituants de droite, sans doute progressistes, qu’il n’est pas envisageable de faire une Constitution qui divise, une Constitution exclusivement pour les hommes et les propriétaires, une Constitution qui exclu les membres de l’ensemble de la fonction publique d’une candidature et un éventuel accès à la députation … ?

 

Il s’agît bien là d’un projet rétrograde ! Es-ce à dire que la démocratie direct fait si peur à certains, es-ce à dire que la société civile n’existe pas, es-ce à dire que certains milieux sont néfastes aux débats et décisions, es-ce à dire encore que certains seraient tellement mieux entre eux pour décider, … ?

 

A force de verrouiller les votes et trop tenir leurs troupes, les stratèges de la droite portent une énorme responsabilité en matière de choix et de positions, qui sont très clairement néfastes aux travaux et à l’image de la Constituante. Cette alliance semble vouloir ignorer les dégâts qu’elle engendre, mais elle devra en assumer clairement la responsabilité !

 

Alors que la Constituante envisage une « large » consultation début 2011, sur un avant-projet de Constitution, mais avec quelle image et quel projet croit-elle pouvoir se présenter à la population ?

 

La patience a ses limites, à trop vouloir verrouiller et/ou imposer, l’échec est bien programmé !

 

 

Boris Calame, designer sgd et écologue, indépendant

Constituant, élu sur la liste des Associations de Genève

 

* Texte retenu par la majorité le 26.08.2010 "Les membres de la fonction publique qui sont élus à la députation doivent se retirer pour le temps de leur mandat électoral. L’Etat leur facilite l’accès à un poste dans la fonction publique."

11/06/2010

Des actions en développement durable !?

Discours prononcé le 11 juin 2010 dans le cadre de la remise du prix et de la bourse cantonaux du développement durable, sur le site de Colas Suisse Genève SA, ZIMEYSA - Plus d'informations sur le site de l'Etat


Madame la Conseillère d’Etat, Mesdames et Messieurs, Chères amies et chers amis,

Attirer entrepreneurs, politiques, décideurs et médias jusqu’ici, est certainement une gageure. Mais c’est aussi une façon de chercher à rendre visible les réalités et actions de terrain, celles des entrepreneurs, des associations et des individus.

Les métiers du gros œuvre le méritent bien. Gros consommateurs, ils cherchent tout au long de l’année à mettre en œuvre des solutions qui permettent de limiter leurs impacts sur l’environnement, en diminuant la consommation de ressources naturelles, en maximisant le recyclage en limitant les émissions.

Ces dernières années, le palmarès du Prix du Développement durable a été lié de façon assez intime à Colas Suisse Genève SA, qui y a été distingué à trois reprises. Cette année, ils ne sont pas concurrents, mais nous accueillent sur leur site de logistique et de production. Qu’ils soient ici chaleureusement remerciés !

Dans le cadre de cette neuvième édition du Prix et de la Bourse du développement durable, le Jury s’est attelé à sélectionner des projets et réalisations qui tendent à assurer l’équilibre entre l’économie, l’environnement et le social.

Force est de constater la grande richesse et la créativité des initiatives proposées.

Sur les trente-huit dossiers reçus, dont huit pour le Prix et trente pour la Bourse, le Jury a présélectionné douze dossiers et en a auditionné les auteurs. Au final, il a retenu un lauréat unique pour le Prix, ainsi que deux co-lauréats et deux mentions pour la Bourse.

Pour que le développement durable puisse se concrétiser, au travers de petites ou grandes actions, le palmarès 2010 récompense une réalisation et des projets qui créent du lien, qui se focalisent sur des étapes de la vie et des instants du quotidien.

Ces initiatives sont réalistes et reproductibles, elles illustrent bien la motivation des lauréats, qui sont de véritables acteurs en matières de développement durable :

Que ce soit pour le Prix :

  • [L’association NiceFuture] Avec la prise en considération de l’esthétique dans la mode éthique, pour les vêtements, pour les accessoires et les bijoux ;

Que ce soit pour la Bourse et ses co-lauréats :

  • [L'Ecurie des Vues] Avec l’utilisation du cheval comme facteur de lien et d’accompagnement du travail de jeunes en recherche d’insertion ;
  • [L'association CICONIA] Avec la mise en place d’une coopérative qui offre un service complet de location, échange et lavage de couches culottes pour enfants.

S’ajoutent deux mentions attribuées :

  • [L'Hepia Genève – Filière Agronomie] A un système de mur naturel permettant l’épuration des eaux ;
  • [L’entreprise SOFIES] A un projet de plateforme informatique d’échange et de partage en matière d’écologie industrielle.

Pour illustrer ces différentes actions en matière de développement durable, cette cérémonie tant à donner « de la visibilité à des actions réalisées » et « du corps à des actions réalisables ».

Dans la brochure éditée à l’occasion de ce concours, vous trouverez un descriptif des projets et réalisation retenus par le Jury en 2010, ainsi qu’un aperçu de l’ensemble des lauréats à ce jour.

Je tiens à remercier mes collègues du Jury, Madame Françoise Schenk-Gottret, Messieurs Victor De Oliveira, Vincent Gall, Alain Maunoir, Albert Otter et Jean-Daniel Plancherel, pour le sérieux et la passion qu’ils ont mis au traitement de ces dossiers.

J’adresse une mention toute particulière à Monsieur Jean-Pierre Tombola, coordinateur du concours et de cette cérémonie.

Au final, je ne saurais terminer sans remercier l’ensemble des candidats pour leurs actions quotidiennes, qui font sens, sur le chemin du développement durable.

 

Boris Calame, designer sgd et écologue, indépendant

Membre du Conseil du Développement Durable
Président du Jury du Prix et de la Bourse du Développement Durable 2009 et 2010