15/06/2012

A VELIB', VELIB' et demi

CRN.JPGGenève et sa toute nouvelle société « TPG Vélo SA » auraient tout intérêt à s'inspirer de l'expérience du Conseil régional du district de Nyon, primé ce vendredi 15 juin 2012 dans le cadre du concours genevois du développement durable, qui a su fédérer les communes autour d'un système de Vélib' helvético-compatible ...

Pourquoi cela ? Rappelez-vous, en 2008 déjà, l'association Genèveroule avait (aussi) reçu le Prix du développement durable pour son Projet, à l'époque très novateur, de vélos en libre service en Ville de Genève. Malheureusement, celui-ci n'a pas été retenu par les autorités.

Puis rebelote au printemps 2009, où l'on reparle très largement, dans les médias, de l'arrivée prochaine de Vélib's en Suisse romande ...

Espérons alors que Genève et « TPG Vélo SA » sauront s'inscrire dans un système unifié où, avec une carte unique, il sera possible de circuler tant à Genève, qu'à Sion, Lugano ou encore Fribourg.

En effet, à ce jour, il n'est pas sûr que le système envisagé pour 2013 soit compatible avec celui exploité et largement reconnu en Suisse, notamment dans la proche région vaudoise et au CERN.

Pourtant, la clef du succès auprès des pendulaires et autres usagers occasionnels du vélo passera obligatoirement par une unification des systèmes proposés au niveau régional, voir national.

A ce jour, avec le système « VELOPASS », il existe tout ce qu'il faut pour répondre à ce challenge, avec pas moins de 10 réseaux, 82 stations et 800 vélos ... disséminés en Suisse romande et au Tessin (www.velopass.ch).

Ce qui est aussi intéressant dans le District de Nyon, c'est que les collectivités publiques ont sus s'associer avec des entreprises, dans un partenariat public-privé, pour assurer une meilleure distribution des stations et des vélos, ainsi qu'une plus grande diversité d'usage ...

Alors, qu'on se le dise !!!

 

Boris Calame

Président du jury du Concours du développement durable

 

Le très beau palmarès du concours est à découvrir sous :

http://ge.ch/dares/developpement-durable/actualite-remise_bourse_prix_distinction_cantonales_developpement_durable_2012-8933.html

22/08/2011

Ils sont fous ces villageois (hommage aux bénévoles) …

 

Carouge_decor_Place-de-Sardaigne_22-08-2011_BD.jpg

Carouge, Place de Sardaigne, 22.08.2011

 

L'esprit d'un village peut sans doute être mesuré à l'implication de ses habitants, me vient à l'esprit ici deux « villages » que je côtoie régulièrement, soit le plus petit du canton, Russin, et le « plus grand » du canton, Carouge ... ce dernier n'est pas tout à fait un village, mais l'esprit du village y reste omniprésent ...

Mais qu'es-ce que cet esprit ?! Simplement que dans ceux-ci la vie associative et l'amitié y sont particulièrement développée et, que de quelques individus et/ou groupements bénévoles, de grands projets populaires s'organisent.

A Russin, commune viticole de moins de 400 habitants, pour sa 49ème Fête des Vendanges, c'est à nouveau près de 40'000 personnes qui sont attendues les 17 et 18 septembre, pour un événement  familial et populaire (www.fetedesvendangesrussin.ch).

A Carouge, ancienne ville Sarde qui commémore cette année son 225ème anniversaire, c'est principalement l'aménagement (en cours et qui vaut le détour) de la place de Sardaigne qui m'interpelle ... En effet, du 2 au 11 septembre, ce sera « Carouge en fête » qui se développera sur les places de Carouge (www.carouge-en-fete.ch). Dans un décor somptueux qui est une expression de la « démesure » que seules des bénévoles pouvaient imaginer et amener à la réalisation, il ne fait aucun doute que l'esprit du village sera présent sur cette « Place San Carlo ».

De cet esprit villageois découle le fait que de nombreux individus s'impliquent ponctuellement ou régulièrement au service d'un territoire, d'une cause ou encore d'un événement, sans eux, la vie serait sans doute bien plus morose ... alors pour que vive l'esprit de la fête et du village, que tous les bénévoles d'ici et d'ailleurs puissent être reconnus et chaleureusement remerciés.

 

Boris Calame

 

NB: A voir sans doute aussi, du 26 août au 15 octobre, l'aménagement pour les 22 ans de l'Usine (www.uzn.usine.ch) et les activités culturelles liées ...

17/06/2011

CEVA … le retour ?!

La décision du Tribunal fédéral administratif (15.06.2011), de rejeter les 22 recours restants contre la réalisation du CEVA (liaison ferroviaire Cornavin - Eaux-Vives - Annemasse), fera sans aucun doute date dans l'histoire de Genève.

D'ici 2018, nous devrions pouvoir rejoindre en train, depuis les gares existantes de la région et à venir du CEVA, de nombreux quartiers, mais aussi des communes et des villes, tant en Suisse qu'en France.

Cette infrastructure créera le lien tant attendu entre les réseaux ferrés Nord (Suisse - CFF) et Sud (France - SNCF/RFF) du Léman ou Rhône.

Et même depuis Champel, quartier historique à forte opposition, on pourra rejoindre en train, sur la même rive,  des lieux comme Chêne-Bourg, Annemasse, Evian, Annecy et, sur l'autre rive, Satigny, Cointrin, Nyon, Lausanne, Sion ou encore Zürich.

La liste n'étant pas exhaustive, il s'agira là pour Genève et bon nombre de ses habitants de découvrir une « nouvelle » forme de mobilité, rapide, sûre et durable.

Une question qui se pose toutefois est de savoir pourquoi pareille procédure est/semble pareillement longue, alors même que voilà maintenant 3 ans que la décision de l'Office fédéral des transports (05.05.2008) était contestée par voie de recours (du 3 au 23.06.2008, 64 recours ont étés déposés).

Pour y répondre et si vous en avez le courage, je vous invite à parcourir ou lire l'arrêt du TAF du 15.06.2011 (A-3713/2008 à télécharger ici) ou, pour le moins, le communiqué de presse y relatif du 16.06.2011 (à télécharger ici). Tous ces documents se trouvent également sur le site du TAF à l'adresse : http://www.bvger.ch/index.html?lang=fr

Pour ce qui en est de la procédure, même si celle-ci semble longue, il est normal que les citoyens et/ou collectivités puisent défendre leurs intérêts devant une/des instance/s juridiques supérieures. Ceci permet et/ou a permis à certains opposant/e/s de trouver des arrangements qui améliorent le projet ou, pour le moins, respectes (mieux) leurs intérêts.

Un sujet particulièrement querellé (et peut-être justifié) était les risques de propagation de sons et/ou vibrations, qu'ils soient solidiens ou aériens, liés à l'activité à venir dans cette infrastructure.

Pourtant, pour pouvoir vérifier la dynamique et le chemin de propagation, le Maitre de l'ouvrage a clairement annoncé et écrit qu'il se devait de réaliser en premier le gros-œuvre (tunnel), afin de déterminer la façon de poser les voies et, le cas échéant, mettre en place les systèmes ad-hoc limitant les nuisances.

Aurait-il été raisonnable d'envisager construire quelque chose qui, à priori, aurait pu ne pas répondre aux exigences légitimes des riverains et aux contraintes légales ? Non ! Il faut le reconnaître, le Maître de l'ouvrage a agît là avec bon sens.

Reste aux opposants d'agir de façon similaire et peut-être, ainsi, que nous aurons l'occasion de voyager ensemble, en 2018, sur ce nouveau tronçon !

Enfin, en ce qui concerne l'éventuelle participation de Genève à l'infrastructure entre la frontière franco-suisse et la gare d'Annemasse ... même si cela devait être le cas, par exemple à la hauteur de 100 millions, cela ne ferait qu'un million par an sur le durée de vie de l'infrastructure ou à peu de chose prêt les surcoûts liés à la durée de procédure devant les tribunaux.

 

 

Pour relier Genève et la région, que dire de mieux VIVE le CEVA ?!

 

 

Boris Calamedesigner sgd et écologue, indépendant, constituant,

vice-président de la coordination transports et déplacements

 

 

22/05/2011

Champel en fête ... Foraine - 27 et 28 mai 2011

CHAMPEL EN FETE 2011.jpg

Dans l'un des plus beaux parcs de Genève, dans un quartier souvent décrit comme peu convivial, aura lieu les vendredi 27 et samedi 28 mai 2011, la 13ème Fête de quartier "Champel en fête", cette année sous le thème de la fête foraine ...

A l'abri du trafic et de la trop grande foule, c'est un évènement de quartier et d'abord familial qui conserve une dimension humaine et de proximité. Le programme est varié et divertissant avec notamment "Paul K" le vendredi soir, pour danser et partager, et de nombreux concerts et animations le samedi

L'organisation est de la Maison de quartier de Champel en collaboration avec les associations de quartier.

Au plaisir de vous y revoir ou de vous y rencontrer pour partager le verre de l'amitié.

 

Boris Calame, designer sgd et écologue, indépendant

président du comité de la Maison de quartier de Champel

 

10/05/2011

Cherpines-Charrottons : Que l’Etat fasse des projets pour loger la population est une évidence, mais de là à ce que l’on nous manipule …

Contrairement à ce qu'affirment le Blog de Laurent Seydoux et le site urgence-logement, la densité d'habitants projetée sur l'entier du secteur Cherpines-Charrottons est bien moindre que celle de la Ville de Genève (env. -20%).

En en effet, en Ville de Genève, toutes les infrastructures nécessaires à la cohésion sociale sont en place (logements, salles de spectacles, terrains de sport, parc publics, écoles, crèches, commerces, activités et infrastructures), comme cela devrait être le cas aux Cherpines-Charrottons.

Ce secteur, dans la dernière version « annoncée » du projet prévoit 6'500 habitants, 3'000 logements et 4'000 emplois sur 58 hectares, soit 112 habitants/hectare, 52 logements/hectare et 69 emplois par hectares, soit un cumul de 181 emplois et habitants/hectare.

En Ville de Genève, le ratio est de 131 habitants/hectares (+17%), 71 logements/hectares (+37%) et 107 emplois/hectare (+55%), soit un cumul de 237 emplois et habitants/hectare (+31%).

Si l'on voulait appliquer (véritablement) le même ratio, que celui existant en Ville de Genève, au secteur Cherpines-Charrottons, il faudrait annoncer au minimum :

7'598 habitants, pour 4'118 logements et 6'206 emplois sur ces 58 hectares

Mais la crise du logement étant ce qu'elle est à Genève, il faudrait bien s'appliquer à modifier le ratio en conséquence. En diminuant le nombre d'emploi à « seulement » 4'000, on devrait parvenir à réaliser 4'500 logements pour 9'700 habitants.

On pourrait aussi réduire la zone d'activité et industrielle, le cas échéant la zone sportive, pour permettre au final à 10'000 à 12'000 habitants d'y loger.

Sur la base des mêmes statistiques que les promoteurs du projet (source office cantonal de la statistique), il est démontré que le potentiel de construction de logement aux « Cherpines-Charrottons » n'est absolument pas réalisé. Si inclure le Lac dans les statistiques comparatives peut manquer de bon sens, dans le cas présent c'est au minimum une belle façon que les promoteurs du projet ont de manipuler les chiffres.

Que l'Etat s'engage dans des projets de qualité, qui répondent à l'urgence et à la pénurie de logements, est évidemment d'une grande priorité. Mais de là à nous annoncer fièrement que sur pareille surface on va réaliser 3'000 logements, il y a un pas que je n'aurais pas osé franchir.

Le choix du vote ne me semble plus à démontrer, la manipulation n'a jamais servi les chiffres, elle doit alors servir des intérêts bien particuliers, fortement liés à ce projet ... (?!).

 

Boris Calame Designer sgd et écologue, Constituant

 

D'autres informations sont aussi disponibles sur le site des référendaires : www.plainedelaire.ch