22/04/2011

De véritables projets et actions locales en matière de développement durable

Dans le cadre du festival du développement durable, qui se tiendra à Genève du 12 au 15 mai 2011 (www.festivaldd.ch), un moment bien particulier est la cérémonie officielle de remise des prix et bourses cantonaux du développement durable.

 

C'est ainsi chaque année, plus de trente candidats qui qui participent à ce concours et se disputent les faveurs du jury, au final seuls quelques uns sont retenus. Il est en effet pas toujours facile de trouver un véritable  équilibre entre l'efficacité économique, la solidarité sociale, et la responsabilité écologique. De plus, le réalisme et la reproductibilité sont aussi importants.

 

Venez découvrir le palmarès de cette 10ème édition, avec des projets et réalisations séduisants, novateurs et belle et bien durables.

 

Globe de la science et de l'innovation

Centre Européen de Recherche Nucléaire - CERN

Route de Meyrin - Accès direct en Bus et Tram, arrêt « CERN »

Vendredi 13 mai 2011, de 11h00 à 13h00

 

Accès libre, mais inscription souhaitée - Programme et informations

 

A quoi bon faire bien, mais seul dans son coin, autant partager ces projets et réalisations pour qu'ils puissent se développer et soient utiles au plus grand nombre.

 

Au plaisir de vous y rencontrer

 

 

Boris Calame, designer sgd et écologue, indépendant

Président du jury du prix et de la bourse cantonaux du développement durable

 

 

A noter sur le site du Festival les très nombreuses activités proposées au travers du canton (cliquer sur le logo)

FDD-Logo-medium.jpg

01/04/2011

A la Constituante – Prise de position du CE sur l’avant-projet de Constitution

Quand même curieuse et très minimaliste la prise de position du Conseil d'Etat. Composée d'une lettre de 4 pages (15 points) et d'une annexe de 5 pages (52 points), pour pas moins de 208 articles et 452 alinéas proposés à la consultation.

Sous l'angle juridique l'analyse semble s'être faite de façon bien partielle, sous l'angle de l'expertise et les compétences des départements et autres services, le retour est bien maigre ...

Est-ce à dire qu'ils n'ont pas été consultés en interne ?

En regard des positions des groupes politiques, on ne pourrait que déplorer le peu de conviction et d'engagement du Conseil d'Etat. L'avenir de son implication reste à démontrer, voir constater ...

Dans le cadre de cette consultation, il est intéressant de prendre connaissance de la prise de position des Associations de Genève et de la Fédération associative genevoise (FAGE), qui représente pas moins de 500 organisations et associations à Genève.

Dans ce document de 32 pages (voir ici ou sous www.associationsdegeneve.ch), dont 24 pages d'analyse, on y trouve des commentaires sur la « qualité » des articles et de nombreuses propositions d'amélioration, exprimées selon l'expertise et la réalité quotidienne des organismes membres.

C'est ainsi pas moins de 165 remarques et/ou propositions qui sont formulées, issues des 18 domaines de compétences présents au sein de la FAGE et ainsi répertoriés :

  • Agriculture
  • Coopération au développement et solidarité internationale
  • Culture
  • Droits fondamentaux
  • Questions économiques et financières
  • Education
  • Environnement
  • Economie sociale et solidaire
  • Etrangers, migration et interculturalité
  • Femmes
  • Formation des adultes
  • Jeunesse
  • Logement et aménagement du territoire
  • Paix
  • Proximité et loisirs
  • Santé
  • Social
  • Vie associative

 

Qu'on se le dise ...

 

 

Boris Calame, designer sgd et écologue, indépendant

Constituant, élu sur la liste des Associations de Genève

30/03/2011

A la Constituante – Le Conseil d’Etat prend position publiquement sur l’avant-projet de Constitution

N'est-il pas effarent de lire de notre gouvernement sa position spécifique en lien avec les droits politiques (position complète du CE) :

 

« La facilitation accrue du recours aux droits populaires, amorcé dans cet avant-projet, contribuera en réalité à affaiblir la vraie légitimité de ces droits. A l'inverse, elle renforcera la capacité de blocage des minorités dans un canton déjà confronté à une multiplication de scrutins populaires, évolution qui participe à une exaspération de la population et à l'affaiblissement de la démocratie représentative semi-directe de notre canton. La formation d'une conscience collective suppose une délégation partielle de pouvoirs à des autorités élues, et non le recours immédiat et quasi automatique à l'opinion publique, qui est plus proche d'un système populiste que d'un système démocratique ».

 

Mais quel est donc le problème réel en la matière à Genève ?

Ne serait-ce pas plus justement l'incapacité des Pouvoirs exécutifs et législatifs d'être à l'écoute et d'entendre les avis exprimés par les minorités, quelles soient parlementaires ou citoyennes.

En règle générale, la (petite) majorité, qu'elle soit de gauche ou de droite, s'assoit pleinement sur l'avis de la (grande) minorité. Par principe, l'idée de l'autre bord politique étant systématiquement mauvaise. Un exemple emblématique en est aussi le fonctionnement de l'Assemblée constituante.

Si dans leurs travaux, les Pouvoirs étaient à l'écoute des minorités et des acteurs de terrain, construisaient ensemble des compromis réalistes et des projets de qualité, dans le sens strict du bien commun, acceptables pour la population dans son ensemble, il y aurait sans doute moins de frustrations, des réalisations plus rapides et de meilleure qualité.

C'est la culture politique de Genève qui doit évoluer et non simplement s'interdire une amélioration de l'accès aux droits populaires qui, comparé à d'autres cantons, elle loin d'être aussi facile.

De fait, si son accès en est facilité, cela obligera les Pouvoirs à se comporter de façon moins arrogante et partisane, donc plus rassembleuse.

Le slogan pourrait être alors « Faisons ensemble Genève ».

 

Qu'on se le dise ...

 

Boris Calame, designer sgd et écologue, indépendant

Constituant, élu sur la liste des Associations de Genève

08/03/2011

A la Constituante : Consultation, info ou intox ?

Vous le savez peut-être, la Constituante consulte en ce moment et tout un chacun est invité à participer à cette démarche.

Deux objets sont proposés conjointement,

-        d'une part un questionnaire de 27 questions, parfois insignifiantes, qui n'a pas été facile d'élaborer et de faire accepter au sein même de l'Assemblée, tant les opinions sont (encore) divergentes, alors même qu'il y aurait fallu là poser les vrais questions sensibles, les questions qui touchent, les questions qui pourraient remettre en question nos valeurs communes, les questions qui fâchent ... les questions qui pourraient mener à l'échec du projet devant le peuple en 2012,

-        d'autre part, un avant projet de nouvelle Constitution pour Genève, qui pour certains est parfait, qui pour d'autres est une régression totale par rapport à notre Constitution actuelle, notamment par rapport aux Droits fondamentaux et à toute une série d'initiatives populaires qui ont été retenues, voir plébiscitées par le peuple ces dernières années ...

Si vous souhaitez participer à ce processus ouvert à toutes et tous, c'est vraiment le moment ( www.ge.ch/constituante - délai au 25 mars 2011), les groupes et associations qui vous sont proches sont très certainement en train de formuler leurs positions, n'hésitez pas à les solliciter et relayez individuellement votre opinion sur les sujets qui vous concernent et/ou vous intéressent.

Les Associations de Genève ont réalisés un document de qualité et d'une grande utilité si vous souhaitez « décrypter » le questionnaire et répondre de façon avertie à cette partie de la consultation (vous le trouverez ici ou sur le site www.associationsdegeneve.ch ), il est composé d'une parti introductive puis, pour chaque question, de quatre rubriques, soit : « la question », « le décodage de celle-ci », « la prise de position » et « une suggestion de réponse ». Le tout finalisé par uns synthèse des suggestions de réponses (pages 16 et 17).

Bon nombre d'associations prennent position ces prochains jours sur le contenu même de l'avant-projet, les Associations de Genève relayeront les commentaires des associations spécialisées dans leurs domaines de compétences, notamment sur son site internet. Vous pourrez alors vous appuyer sur l'expertise de celles-ci pour formuler vos remarques, plus conséquentes qu'au seul questionnaire.

C'est certainement une étape cruciale de ce processus, tout opinion devant être entendu, d'une façon ou d'une autre, par les Constituant/e/s pour avancer dans leurs travaux et produire une nouvelle Constitution pour tout Genève. Qu'elle soit véritablement progressiste et reflète les attentes des genevoises et genevois.

Qu'on se le dise ...

 

 

Boris Calame, designer sgd et écologue, indépendant

Constituant, élu sur la liste des Associations de Genève

 

 

 

23/11/2010

Tu reprendras une part de gâteau ?

Nous l'avons compris, autour de la position explicite des représentants de l'économie, le projet mis au vote ce week-end pour « harmoniser » les horaires d'ouverture des magasins (LHOM) est clairement défini pour augmenter la part de marché des hyper-centres et autres centres commerciaux !

 

Mais le gâteau n'est pas extensible, les parts seront alors plus grandes pour certains (les plus grands, implantés en périphérie) et bien plus petites pour d'autres (les plus petits, ceux qui sont de proximité et qui font la vie des quartiers).

 

Dans les débats relatifs à cette votation, on trouve en effet les ardents défenseurs du OUI, issus de l'économie des hyper-centre et centres commerciaux, et les opposants que sont les petits. Ces derniers, qu'ils soient patrons ou employés, ont des raisons évidentes et légitimes de s'y opposer, ils ont effet beaucoup à perdre, car si cette loi dite « d'harmonisation » devait passer, elle se fera à leur détriment et, par cascade, au détriment réel des consommateurs, citoyens et contribuables genevois.

 

En quelques points, de bonnes raisons de refuser ce miroir aux alouettes :

 

  • Pour les employés : Augmentation de la plage horaire de disponibilité « dû » à leur employeur, plus grande incertitude dans l'organisation des journées et soirées, arrivées très tardive au domicile, péjoration drastique du lien familial et du cadre éducatif, ...
  • Pour les commerces de proximité : Réduction du chiffre d'affaire, perte d'attractivité, augmentation de la durée des journées de travail, disparition programmée de bon nombre, ...
  • Pour les consommateurs : A court terme perte de nombreux commerces de proximité par report de la consommation dans les hyper-centres, perte du lien social en l'absence des commerces de quartier (à l'exemple des quartiers qui ont perdus leur poste), fermeture de bistrots qui auront perdu en attractivité par la disparition des commerces de proximité, augmentation des trajets pour les achats quotidiens, ...
  • Pour les citoyens : Augmentation de l'insécurité et perte d'animation dans les quartiers par la disparition des commerces de proximité, augmentation des jeunes dans la rue qui se retrouveront sans encadrement parental, perte d'attractivité du centre-ville au profit des hyper-centre de périphérie, augmentation en soirée des nuisances liées à l'activité des hyper-centres, ...
  • Pour les contribuables : Augmentation des impôts pour assurer les services nécessaires à ces prolongations (mise en place d'un accueil des enfants en soirée, augmentation à perte de l'offre des transports publics pour la période de prolongation des horaires, décalage en soirée de l'ensemble des services liés), ...

 

Pour une économie durable et juste, les commerçants, patrons et entrepreneurs membres du GEIP* s'opposent à cette loi et vous encouragent vivement à participer à ce scrutin, afin de préserver nos commerces de proximité et la vie dans nos quartiers.

 

 

GEIP_ouverture-magasins_NON.jpg

 

 

 

Boris Calame, designer sgd et écologue, indépendant

Membre du comité du GEIP - Groupement des Entrepreneurs et Indépendants Progressistes

 

 

* Le GEIP Groupement des Entrepreneurs et indépendants Progressistes défend les valeurs d'une économie durable et juste. Il se soucie des droits sociaux et de la protection de l'environnement, ses membres démontrent au quotidien qu'une économie responsable est possible.

 

Plus d'information sur le site du groupement : www.geip.ch