06/07/2010

Achats de jour, achats de nuit …

Le référendum sur la loi d’ouverture des magasins (LHOM – I 1 05 – du 17.06.2010) est lancé depuis le 30 juin 2010, pour un dépôt au plus tard le 09 août 2010, par un comité référendaire* (FAO n°073 du 30.06.2010, page 2) composé de pas moins de 18 structures, dont la gauche et les syndicats, mais aussi l’association des marchés ou encore le GEIP Groupement des entreprenuers et indépendants progressistes.

Mais pourquoi donc vouloir faire voter sur un sujet qui pourrait à premier abord faciliter la vie des citoyennes et citoyens genevois, en allongeant en soirée les heures de fermetures ordinaires des magasins, respectivement à 20h00 la semaine et 19h00 le samedi ?

Quelques arguments du GEIP contre la LHOM :

· Profite principalement aux grands magasins au détriment du commerce de proximité et des marchés hebdomadaires

· La consommation n’est pas un « art de vivre » et les centres commerciaux ne doivent pas remplacer la place du village

· Participe à l’effritement de la sphère familiale

· Ne fait que conforter et justifier des pratiques de travail délétères, heures supplémentaire à rallonge et non payées, travail fragmenté, sur appel, du soir et du week-end

 

A cela viendra s’ajouter des besoins complémentaires, qu’il faudra bien financer, notamment en matière d’accueil et d’encadrement des enfants en soirée. En effet, trop souvent les parents sont dits « démissionnaires », qu’en sera-t-il alors dans ces conditions … lorsque de nombreux parents pourront retrouver ou récupérer leurs enfants seulement au delà de 20h30 ?

 

Comme trop souvent à Genève, cette loi est votée juste avant les vacances d’été. Alors collecter 7'000 signatures d’électrices et électeurs genevois ne sera certainement pas facile, mais il s’agît très certainement d’un débât de société qui mérite d’être fait.

La formule de référendum (GEIP) se trouve ici.

Pour ma part, je reste persuadé que la cohésion sociale, donc l’intérêt public et le bien commun, doit primer sur l’intérêt personnel et partisant.

 

 

 

 

 

Boris Calame, designer et écologue, indépendant

Membre du comité du GEIP Groupement des entrepreneurs et indépendants progressites

 

 

 

 

* Comité référendaire contre l'extension des ouvertures des commerces:

L'Association des marchés, Collectif Haddock, Comedia, CUAE, Gauche anticapitaliste, Groupement des entrepreneurs indépendants et progressistes, Jeunesses socialistes, Mouvement pour le socialisme, Parti du Travail, Parti socialiste, ROC, SIT, SolidaritéS, Syna, Unia, United Black Sheep, Les Verts, La Vrille

 

29/11/2009

Ceva pour Noël ...

Il y a quelques jours, je recevais une image du Père Noël (et son badge) qui a du avoir un effet prémonitoire.

Je tenais, dans ce dernier billet spécifique à cette votation, la partager avec vous et dédier le vote des genevoises et genevois à mes enfants, à nos enfants qui sauront profiter de cette nouvelle infrastructure.

 

 

Photo iPhone 003.jpg

 

 

Merci à toutes celles et tous ceux qui savent croire en l'avenir de Genève, une Genève où il faite bon vivre avec une mobilité écocompatible, rapide et confortable.

 

Boris Calame, constituant, designer et écologue indépendants

Vice-président de la Coordinations Transports et Déplacements.

 

27/11/2009

Et si dimanche on fêtait Noël ?

J-2, les débats se calment au sujet du CEVA, moi, dimanche, si le CEVA peut se réaliser, je le dédierai à mes enfants, à nos enfants, comme le plus beau cadeau de Noël !

 

En effet, pour une fois que nos politiques ne traitent pas que de l’urgence et nous proposent un projet de qualité, indispensable, visionnaire et évolutif au service de Genève, je me dois d’espérer que nos citoyens ne se sont pas et ne se feront pas avoir par les arguments simplistes et mensongers des référendaires.

 

Dans mon billet du 20 juillet 2009, publié sur mon blog,

 

http://associatifetdurable.blog.tdg.ch/archive/2009/07/20...

 

je prenais position pour que le référendum aboutisse, afin que la population soit associée à ce grand projet pour Genève et puisse le valider en connaissance de cause.

 

Force est de constater que dans le cadre de cette votation, le seul endroit (ou presque) où l’on trouve vraiment matière à s’informer, à débattre et à se forger une opinion est le Web (sites, blogs, TDG,…). Les informations et échanges sont nombreux, les arguments contre le CEVA peu honnêtes.

 

Constatant que nous sommes confronté à une vision réductrice de Genève et d’intérêts totalement opposés pour Genève, il aurait été pertinent que les collectivités donnent réellement une information factuelle sur le projet, ce au service de l’ensemble de la population.

 

Certains veulent, peut-être trop souvent, comparer le CEVA (liaison ferroviaire entre deux réseaux existants) et le M2 Lausannois (métro urbain). Une chose est sûre, il y a sept ans, dans le cadre de la votation (référendum financier obligatoire, selon la Constitution vaudoise) sur le M2 (24.11.2002), la population vaudoise a été pour sa part activement informée par leurs autorités sur le tracé, l’emplacement des gares et les enjeux liés. La population a alors plébiscitée ce projet novateur (62% de OUI) qui a été inauguré le 18 septembre 2008, soit 17 ans après l’impulsion initiale de la Ville de Lausanne.

 

Dans notre monde complexe et surmédiatisé, c’est bien encore l’information qui permet de forger son opinion. J’espère en tous les cas que nos autorités sauront tirer profit de cette expérience et puissent enfin être mieux et plus à l’écoute des genevoises et genevois, en anticipant les attentes et/ou craintes de ces derniers.

 

Mais il est toutefois encore possible, d’ici dimanche, de valider ce projet en faveur des générations actuelles et à venir, par la concrétisation d’une mobilité rapide, performante et durable, en votant OUI au CEVA.

 

 

Boris Calame constituant, designer et écologue indépendant

Vice-président de la coordination transports et déplacements

 

 

Intéressant discours de François Marthaler, Conseillers d’Etat vaudois en charge du Département des infrastructures, prononcé le 18 décembre 2008 lors de l’inauguration du M2 :

 

http://blogs.verts-vd.ch/marthaler/2008/09/19/naissance-d...

 

 

25/11/2009

CEVA, un tracé au service de Genève !!!

Pour contourner leur quartier, les opposants de Champel au CEVA veulent massacrer toute la région de Plan-les-Ouates, Saconnex-d’Arve et Bardonnex et détourner l’usage de cette infrastructure au « profit exclusif » d’un trafic pendulaire.
En regardant de plus près une superposition du plan de l’Office cantonal de la statistique et le tracé du CEVA, on constate que le projet soumis à votation populaire répond pleinement aux besoins réels des habitants et visiteurs de l'agglomération genevoise.
CEVA_et_population_Canton-de-GE.jpg

Il permet réellement de desservir des pôles importants en matière de vie, d’activité et de loisirs. Il est garant que cette infrastructure fonctionne tous les jours et au meilleur avantage de toutes et tous.

CEVA_et_population_Ville-de-GE.jpg

Le CEVA c’est le projet de Genève au service des genevois et genevoises, ne nous laissons pas voler ce magnifique projet par des opposants destructeurs et menteurs !!!

 

Alors et encore, pour nous et nos enfants, un grand OUI au CEVA s’impose !

 

 

 

Boris Calame constituant, designer et écologue indépendant

Vice-président de la coordination transports et déplacements

 

 

 

 

 

 

Un parking de 100'000 m2 à Bardonnex ?

Et oui, c’est bien cela que souhaites réaliser les opposants au CEVA sur la commune de Bardonnex. En effet, pour stocker 4'000 voitures dans un méga parking relais, occupé éventuellement 50 heures par semaines, il faudrait aménager une surface équivalente à 20 terrains de football.

 

Alors même que le projet du CEVA prévoit de réaliser un aménagement qui capte les flux de pendulaires et usagers des transports publics à la source, ce dans des zones densément peuplées, et utiliser des friches urbaines pour les valoriser en construisant notamment des logements. Les opposants proposent un parking débile de 4'000 places en pleine campagne.

 

Il est en tous les cas certains que nos voisins français n’accepteront jamais une telle réalisation sur leur territoire.

 

Habitants et citoyens de Genève, réveillez vous, il est encore temps d’agir en faveur de la réalisation prochaine de l’unique solution valable pour désengorger Genève !!!

 

Un grand OUI au CEVA s’impose !

 

 

 

Boris Calame constituant, designer et écologue indépendant

Vice-président de la coordination transports et déplacements