10/05/2011

Cherpines-Charrottons : Que l’Etat fasse des projets pour loger la population est une évidence, mais de là à ce que l’on nous manipule …

Contrairement à ce qu'affirment le Blog de Laurent Seydoux et le site urgence-logement, la densité d'habitants projetée sur l'entier du secteur Cherpines-Charrottons est bien moindre que celle de la Ville de Genève (env. -20%).

En en effet, en Ville de Genève, toutes les infrastructures nécessaires à la cohésion sociale sont en place (logements, salles de spectacles, terrains de sport, parc publics, écoles, crèches, commerces, activités et infrastructures), comme cela devrait être le cas aux Cherpines-Charrottons.

Ce secteur, dans la dernière version « annoncée » du projet prévoit 6'500 habitants, 3'000 logements et 4'000 emplois sur 58 hectares, soit 112 habitants/hectare, 52 logements/hectare et 69 emplois par hectares, soit un cumul de 181 emplois et habitants/hectare.

En Ville de Genève, le ratio est de 131 habitants/hectares (+17%), 71 logements/hectares (+37%) et 107 emplois/hectare (+55%), soit un cumul de 237 emplois et habitants/hectare (+31%).

Si l'on voulait appliquer (véritablement) le même ratio, que celui existant en Ville de Genève, au secteur Cherpines-Charrottons, il faudrait annoncer au minimum :

7'598 habitants, pour 4'118 logements et 6'206 emplois sur ces 58 hectares

Mais la crise du logement étant ce qu'elle est à Genève, il faudrait bien s'appliquer à modifier le ratio en conséquence. En diminuant le nombre d'emploi à « seulement » 4'000, on devrait parvenir à réaliser 4'500 logements pour 9'700 habitants.

On pourrait aussi réduire la zone d'activité et industrielle, le cas échéant la zone sportive, pour permettre au final à 10'000 à 12'000 habitants d'y loger.

Sur la base des mêmes statistiques que les promoteurs du projet (source office cantonal de la statistique), il est démontré que le potentiel de construction de logement aux « Cherpines-Charrottons » n'est absolument pas réalisé. Si inclure le Lac dans les statistiques comparatives peut manquer de bon sens, dans le cas présent c'est au minimum une belle façon que les promoteurs du projet ont de manipuler les chiffres.

Que l'Etat s'engage dans des projets de qualité, qui répondent à l'urgence et à la pénurie de logements, est évidemment d'une grande priorité. Mais de là à nous annoncer fièrement que sur pareille surface on va réaliser 3'000 logements, il y a un pas que je n'aurais pas osé franchir.

Le choix du vote ne me semble plus à démontrer, la manipulation n'a jamais servi les chiffres, elle doit alors servir des intérêts bien particuliers, fortement liés à ce projet ... (?!).

 

Boris Calame Designer sgd et écologue, Constituant

 

D'autres informations sont aussi disponibles sur le site des référendaires : www.plainedelaire.ch

09/05/2011

Cherpines-Charrottons – Un véritable problème de mobilité et un des premiers défis pour Genève

Pour répondre aux défis qu'engendrent les besoins liés à l'augmentation de la mobilité, nous sommes entrain de (re-)construire à Genève un réseau de transports publics digne de ce nom.

 

Les infrastructures de transports publics lourdes et à forte capacité, que ce soit les nouvelles lignes de tram (TCMC Tram Cornavin - Meyrin - Cern / TCOB Tram Cornavin - Onex - Bernex) ou le CEVA (liaison ferroviaire Cornavin - Eaux-Vives - Annemasse), structurent notre territoire.

 

Pour ne pas étouffer dans l'immobilisme motorisé, les projets d'aménagement du territoire doivent, comme prérequis, prendre en considération ces infrastructures pour définir les (nouveaux) quartiers à développer, le cas échéant à densifier, afin d'accueillir de nouveaux logements.

 

C'est bien le long de ces infrastructures existantes ou (réellement) prévues qui faut déclasser, ce plus particulièrement dans un secteur de 300 à 500 mètres des arrêts qui correspondent à la zone d'influence reconnue. Il faut y développer des zones mixtes, denses et vivantes, qui puissent y accueillir suffisamment d'habitants pour assurer la pérennité et la viabilité d'activité de proximité.

 

Des secteurs à envisager sont alors très certainement la route de Chêne, avec notre ligne de tram « historique » et le développement en parallèle du CEVA, la route de Meyrin (TCMC), la route de Chancy (TCOB), et sans doute la route de Saint-Julien avec la venue souhaitée du tram Bachet - Saint-Julien, dont le financement pour sa partie Perly - Saint-Julien est dors et déjà assuré par le gouvernement français.

 

Dans le cas du déclassement du secteur Cherpines-Charrottons, est-il encore possible de prévoir un nouvel aménagement sans prévoir en amont un plan de mobilité et/ou un accrochage réel sur une desserte performante de transports publics ? Ce poser la question est y répondre ...

 

En effet, depuis fin avril, le projet d'aménagement de ce secteur annonce la venue du tram au cœur même de ce « nouveau » quartier, par une sorte de « virgule » (en rose), alors même que le tracé officiel n'a pas été arrêté à ce jour. En effet, deux variantes concurrentes sont possibles pour rejoindre Saint-Julien, soit par la route de Saint-Julien (depuis le Bachet) ou par la route de Base (depuis Pont-Rouge ?).

 

Plan_amenagement_Chepines.jpg

 

 

Pouvons nous encore nous permettre de prévoir des infrastructures lourdes, qui devraient être directes, rapides et performantes, en prévoyant des tracés « opportunistes » qui, de fait, se feraient au détriment de la liaison et la déserte de secteurs prépondérants que sont Carouge, Plan-les-Ouates, Saint-Julien et la ZIPLO (Zone Industrielle de Plan-Les-Ouates) ?

 

Si nous voulons des transports publics attractifs et performants, qui sachent séduire les pendulaires et puissent être rentabilisés, il est indispensable d'assurer un tracé optimum et, ainsi, une vitesse commerciale digne de ce nom.

 

N'inversons pas les priorités, pour un aménagement du territoire fonctionnel, il est primordial que ce soit  les lignes de transports publics qui le structure et non l'implantation de quartier « hors-sol » et déconnecté de la réalité.

 

Il n'est pas trop tard pour agir, le 15 mai 2011, refusons le déclassement des Cherpines-Charrottons, c'est sans doute le seul moyen de mettre l'Etat face à ses responsabilités et aux enjeux liés au financement de cette déserte. Nous pourrons ainsi nous assurer de la réalisation rapide et la présentation d'une étude de mobilité pour la région Lancy - Plan-les-Ouates - Saint-Julien, qui démontre la pertinence d'un tracé, quel qu'il soit. Il sera alors tout temps d'envisager (ou pas) un déclassement.

 

 

Boris Calame Designer sgd et Ecologue, Constituant

Vice-président de la Coordination Transports et Déplacements (CTD)

 

 

D'autres informations sont aussi disponibles sur le site des référendaires : www.plainedelaire.ch

05/05/2011

Déclassement des Cherpines – Information factuelle versus propagande immobilière - Lettre ouverte à Philippe Roch

Cher Philippe Roch,

 

C'est avec stupeur que j'ai découvert ta position pro-déclassement du secteur de la Plaine de l'Aire, dit des Cherpines-Charrottons (annonce publicitaire, TDG 30.04.2011).

 

Défenseur de l'environnement, tu y affirmes que toutes les infrastructures ont été étudiées (...) pour réaliser un écoquartier. Soit, tu as été intoxiqué par quelques pros-déclassement, soit ton propos est intéressé ?!

 

En effet, dans le cadre d'un projet de déclassement et encore plus dans le cas présent et la loi qui est proposée au peuple ce 15 mai 2011, il n'est pas possible d'affirmer pareil propos, ce que tu sais pertinemment, toi qui a été éminent Directeur de l'OFEFP (Office Fédéral de l'Environnement, des Forêts et du Paysage).

 

Même dans le projet d'urbanisme qui semble lié, il peut y avoir des intentions générales, mais en aucun cas des détails comme tu l'affirmes. On le voit très simplement, il y a quelques jours encore, le projet d'une éventuelle liaison du tram vers Saint-Julien passait exclusivement sur la route de Base, maintenant il s'annonce comme une pénétrante au cœur du quartier projeté, en défavorisant de fait la déserte de la ZIPLO (Zone Industrielle de Plan-les-Ouates).

 

Dans le cas présent, le terme d'écoquartier est galvaudé, il ne repose sur aucun critère chiffré ou factuel. Certes, réaliser des bâtiments de type Minergie est bien, mais cela n'en fait pas pour autant un écoquartier. Gérer l'eau, non pas l'approvisionnement mais bien l'évacuation, est simplement une obligation légale.

 

Toutes les données contraignantes actuelles ne donnent aucun garantie de quoi que ce soit, si ce n'est qu'un quart de la surface (13 hectares sur les 58 déclassés) sera dévolue à une zone industrielle et d'activité supplémentaire ... alors que celles-ci sont largement sous-densifiés (ni complètes, ni optimisées) et que l'on ne manque pas de locaux commerciaux et d'activité à Genève, mais bien de logements !

 

Pour ce qui en est de la position du WWF, elle est sans ambiguïté ...

Position WWF - Cherpines-Charrottons.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En soutenant clairement le NON (en l'état) à ce déclassement, tu répondrais plus justement aux défis de l'aménagement de notre canton pour ce XXIe siècle.

 

Dans l'attente, bien à toi.

 

Boris Calame

Designer SGD et écologue, Constituant

 

D'autres informations sont aussi disponibles sur le site des référendaires : www.plainedelaire.ch

04/05/2011

Prix et bourse du développement durable 2011 et journée des entreprises - Vendredi 13 mai au CERN

Pour découvrir en primeur le très beau palmarès 2011 du prix et de la bourse du développement durable, inscrivez vous à la cérémonie qui aura lieu le vendredi 13 mai 2011, de 11h00 à 12h15, au Globe de la Science et de l'Innovation situé au CERN.

 

Le même jour, de 08h45 à 11h00, et au même endroit, dans le cadre du Festival du développement durable, aura lieu la journée Entreprise avec un retour d’expérience sur la « mise en œuvre d’une politique de développement durable », ainsi qu’une table ronde sur le thèmes « Décroissance et développement durable : les entreprises en question ».

 

Inscrivez vous ! Ces évènements seront suivis d’un cocktail dinatoire.

 

Accès direct en tram par la nouvelle ligne n°18 Coutance – CERN (trajet 23 minutes)

 

Inscription en ligne : http://www.festivaldd.ch/default/subscribe/index/det_id/2...

 

Plus d’informations pour la journée : http://ge.ch/dares/developpement-durable/actualite-laurea...

 

 

Au plaisir de vous y rencontrer

 

 

Boris Calame designer sgd et écologue, indépendant

Président du jury du prix et de la bourse cantonaux du développement durable

FDD-Logo-Mail.jpg

 

 

 

03/05/2011

Un écoquartier à forte densité aux Cherpines-Charrottons ?

&

Il y a deux secteurs du territoire genevois qui sont annoncés comme prochains modèles d'écoquartiers. Il y a un premier projet porté par l'Etat et les communes de Plan-les-Ouates et Confignon, pour déclasser et aménager le secteur dit des « Cherpines-Charrottons » (Plaine de l'Aire) et mis en votations ce 15 mai, et un second projet porté par la Ville de Genève qui est nommé « Carré-vert » ou « écoquartier de la Jonction ».

 

« Cherpines-Charrottons » c'est 58 hectares (www.ge.ch/cherpines), avec :

- 30 hectares dévolus au logement, soit la moitié de la surface totale déclassée, pour 3'000 logements

- 13 hectares de développement industriel et artisanal, soit près d'un quart de la surface, pour 2'500 emplois

- 15 hectares d'infrastructures sportives, soit plus d'un quart de la surface totale (en plus de l'existant)

- Une éventuelle ligne de tram en direction de St-Julien et sans doute toujours 7'000 places de parcs,

 

« Carré-Vert » c'est 3 hectares (www.carre-vert.ch), avec :

- 300 logements

- des commerces et activités

- un forum, des espaces culturels et associatifs

- des dépôts du Musée

- une crèche, un demi groupe scolaire et des locaux parascolaire

- le tram devant la porte

 

Une  simple comparaison s'impose entre les « Cherpines-Charrottons », où il est prévu de réaliser 52 logements par hectares, et le « Carré-vert », où c'est 100 logements par hectares qui sont planifiés, soit presque le double, tout en y implantant les infrastructures nécessaires à son bon fonctionnement et, autant que possible, à sa cohésion sociale.

Il est alors mensonger de prétendre que le projet d'aménagement des « Cherpines-Charrottons » est dense et économise le sol. Par la sous-densification qui y est prévue, gt;il s'agît en fait d'un gaspillage effréné du territoire, qui à comme but de satisfaire les communes de Plan-les-Ouates, pour la réalisation d'un méga centre sportif qui occuperait le quart de l'espace disponible (en plus des terrains de sport déjà existants), et d e Confignon, pour la réalisation d'un quartier industriel et artisanal qui occuperait un autre quart de l'espace disponible et lui rapporterait quelques revenus fiscaux.

Il est bien évident qu'avec un tel programme, le potentiel de réalisation de logement ne peut être que minimaliste.

Alors OUI pour des logements à Genève, mais NON le 15 mai à ce déclassement de la Plaine de l'Aire (secteur « Cherpines-Charrottons ») qui nous annonce, en l'état, un gaspillage extraordinaire du sol.

Dans cette campagne de votation où le rouleau compresseur de la propagande politique mensongère est bel et bien lancé, les pros-déclassement nous annoncent que nous nous prononçons exclusivement sur le déclassement (ce qui est formellement le cas), mais à entendre les arguments utilisés en faveur de celui-ci, il faut constater que la campagne en faveur du projet d'urbanisme concocté sous l'égide de nos autorités est omniprésent et c'est donc bien de cela que l'on parle.

Le résultat du vote influera donc directement les options et/ou décisions à prendre par nos autorités, à savoir une certaine volonté (ou pas) de faire évoluer ce projet qui, pour l'heure, brande notre sol, cette précieuse ressource non renouvelable.

Est-il en effet acceptable avec l'exiguïté de notre territoire et la pénurie de logements à Genève que, sur une surface déterminée, on en gaspille près de la moitié pour des zones d'activités et sportives ... et que le reste soit, en plus, sous-densifié ?

De plus, à voir la dernière publication éditée par l'Etat au sujet de ce quartierCherpines4dLIGHT.pdf, il et évident que nous ne serons pas là en présence de logements répondants aux besoins prépondérants de la population, mais bien de logements réservés à une certaine élite ...

Le bon sens oblige alors à s'opposer au déclassement prévu en l'état, dans l'attente que le gouvernement revoit sa copie et nous présente un nouveau projet ...

 

Boris Calame

Designer SGD et écologue, Constituant

 

D'autres informations aussi disponibles sur le site des référendaires : www.plainedelaire.ch