09/05/2015

Une action syndicale qui nous coûte quand même très chère …

Image©TDG_Pierre-Albouy.jpg

 

Une grève à près de 2,5 millions, ce n'est pas rien ...

Quand une grève impact les revenus de l'Etat et l'application des règles qu'il s'est donné, il y a matière à se poser quelques questions.

J'ai appris dernièrement que la grève des amendes de la police était toujours en vigueur (?!), alors une petite question au Conseil d'Etat m'a semblé s'imposer (En grève, toujours en grève ? Quel impact sur les finances publiques et les prestations à la population ?) ...

La réponse du Conseil d'Etat est passablement explicite quant aux pertes de revenu pour l'Etat (lire ici), soit plus de 2 millions en 2014, soit près de 7'500.- par jour ... et ça n'est pas fini, nous en serions aujourd'hui à près de 2.5 millions !

Bien que le droit de grève soit à juste titre garantit, je me doit de constater que le prolongement (« sans fin ») de cette action syndicale se fait au détriment des capacités de l'Etat à offrir des services à la population, le cas échéant à rembourser sa dette ou encore renflouer les caisses de pension de ses collaboratrices et collaborateurs, et non à l'avantage de quiconque si ce n'est peut-être à ceux qui ne respectent pas les règles que l'on s'est données ...

Qu'on se le dise ....

 

Boris Calame

Député des Verts au Grand Conseil de la République et canton de Genève