14/05/2013

Les Marchés genevois : une économie secondaire ?

imageVdeGE_©archigraphie.jpg

Dans le cadre des débats liés au financement des aménagements de la Plaine de Plainpalais (3e étape – Mail arboré), il est intéressant de se poser la question si les marchés genevois sont une économie secondaire ou alors bien réelle, dynamique et au service de Genève ?

Dans l’exemple de Plainpalais, il faut convenir que l’activité est importante, c’est 5 jours sur 7 que les marchands sont là pour accueillir les acheteurs, parfois peu présents les jours de mauvais temps, mais aussi plus présents les week-end et par beau temps. Les chalands, qu’ils soient acheteurs ou simples promeneurs, sont attachés à cet espace commercial de proximité, dynamique et de plein air.

Avec son développement, c’est trois jours du Marché des commestibles (mardi, vendredi et dimanche), avec de 50 à 100 marchands, et deux jours du Marché aux puces (mercredi et samedi), avec de 100 à 300 marchands.

Avec une affluence journalière, en semaine, de l’ordre de 4'000 personnes, les week-ends, c’est jusqu’à 10'000 visiteurs qui déambules entre les étales des commerçants, soit chaque semaine plus de 30'000 personnes qui gravitent autour des Marchés de Plainpalais.

Plainpalais c’est un haut lieu du commerce de proximité, notamment pour les commerçants et producteurs locaux. C’est aussi un lieu social, de rencontre et d’échange, ainsi qu’une destination de loisir et de détente, en effet, qui n’a pas été notamment « se balader aux puces » …

Enfin, Plainpalais, c’est un espace central avec un potentiel d’acheteurs considérable, facilement accessible à tout un chacun, c’est un lieu où les producteurs « des campagnes » peuvent retrouver les populations citadines.

Pour assurer le maintient de cette activité éconmique importante pour Genève, il est indispensable de finaliser rapidement l’aménagement de la Plaine de Plainpalais (voir communiqué de presse du GEIP) qui est et doit rester notre plus grand Centre commercial de proximité et de plein-air.

Qu’on se le dise …

 

 

Boris Calame designer et écologue indépendant

Coprésident du GEIP – Groupement des Entrepreneurs et Indépendants Progressistes

Candidat des Verts au Grand-Conseil 2013

 

 

Plus d’info :

Le site du GEIP :

http://www.geip.ch/soutien-à-lassociation-des-marchés-de-...

Les News de Yes-FM et Rouge-FM (12.05.2013) : http://buzzromand.rougefm.com/wp/blogredaction/2013/05/12...

La Tribune de Genève en ligne (13.05.2013) :

http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/arbres-plainpalai...

La Tribune de Genève papier (14.05.2013) :

http://www.geip.ch/sites/default/files/2013.05.14%20TdG%2...

Source image d’illustration : Ville de Genève, ©archigraphie.ch

Commentaires

Cher Boris,

Vous avez totalement raison, les marchés, du manière générale et ceux de Plainpalais sont très importants et doivent être choyés, tout comme les commerçants qui s'y trouvent.

A ce titre, le marché aux puces, que j'affectionne particulièrement tant pour ce que l'on y trouve que pour les rencontres, parfois improbables, que l'on y fait, est en péril car les autorités sont bien trop laxistes quant à ce qui s'y vend.

Je fais référence ici à ces pseudos marchands qui viennent envahir avec des pacotilles chinoises de médiocre qualité ou des articles neufs.

Ce genre d’étals n'a rien à faire sur un marché de seconde main. Il en résulte une perte de caractère, une confusion des genres et surtout une baisse de la qualité de ce qui nous est proposé.

Ce n'est pas parce qu'on chine aux puces qu'il faut que la merdaille chinoise nous envahisse!

Pour ce qui est des producteurs locaux, le marché de Plainpalais nous permet un contact important avec le monde maraicher genevois. Un belle mise en appétit pour, un peu plus tard, savourer à plein palais des produits de notre terroir.

Tout cela ne justifie toujours pas la volonté de quelques hurluberlus qui veulent zigouiller des dizaines d'arbres qui sont aussi malade qu'il y avait des armes de destructions massive en Irak. A croire que certains de nos édiles sont tout droit sortis du bush et ont perdus tout bon sens.

Nous devons nous battre pour la qualité et au lieu de déverser de l'argent dans des équipements inutiles, mettons-le pour soutenir nos producteurs.

cordialement,
Patrick Dimier

Écrit par : Patrick Dimier | 14/05/2013

Cher Patrick-Etienne Dimier,

Le but de ce Post était bien de démontrer l'importance de cette économie de proximité que sont les Marchés genevois et qu'il faut lui donner des conditions d'accueil ad-hoc.

Comme vous le savez trop bien, Genève est championne pour s'engager dans des projets qu'elle ne peut ou ne veut pas finir, parfois par manque d'ambition, parfois par manque de financement ... dans le cas présent, le projet prévoyait dès le début le "déplacement" des arbres et l'agrandissement du Mail ... il serait alors bon, enfin, qu'à Genève l'on puisse réaliser un projet en entier et pas seulement à "l'économie".

Soyons un peu plus ambitieux pour Genève, pour nos espaces publics et notre qualité de vie. Sur le même site, un exemple qui m'a touché, issu d'un partenariat public-privé, c'est la réalisation du Skate-Parc de Plainpalais ... une réalisation spécialement dédiée pour les "jeunes", qui incontestablement est une très belle réussite.

Alors oui, allons jusqu'au bout, finissons cette Plaine de Plainpalais, elle et nous le méritons très certainement!

Bien à vous.

Boris Calame

Écrit par : Boris Calame | 14/05/2013

Les commentaires sont fermés.