04/06/2011

A la Constituante : Retour sur la Consultation …

Quoi qu'en disent les « ténors » prétendus de la Constituante « tout va pour le mieux sous le soleil, la Constituante travaille tel un Parlement » ... Il faut noter qu'en fait, elle à plutôt tendance à s'enliser ...

La non publicité des débats de commission limitant passablement les possibilités de s'exprimer, trois faits intéressants et publics me semblent exprimer assez clairement l'esprit de la majorité de cette Assemblée (les rapports de commissions qui devraient être publiés cet été, démontreront la pertinence de mes propos) :

 

1)     La décision de ne pas rendre accessible au public, via internet, les prises de position des organismes (autorités, fédérations, groupements et autres associations) qui ont participés à la consultation de l'avant-projet de nouvelle Constitution pour Genève.

Toutes ces données restantes accessibles aux Constituantes et Constituants, via intranet, mais pas au public ... C'est sans doute aussi par la publicité de la prise de position des organismes et de la suite qu'elle en donnera que l'Assemblée aurait pu retrouver un peu de crédibilité et donner l'impression de vivre un peu moins en vase clos.

En effet, indépendamment des convictions des uns et des autres, il est tout à fait intéressant d'avoir une lecture « experte » sur des articles constitutionnels, contenus dans cet avant-projet, pas toujours évidents à déchiffrer.

A noter alors que la FAGE (Fédération associative genevoise) a décidé d'y remédier en permettant à chaque organisme de lui envoyer sa position (contact@associationsdegeneve.ch), celles-ci seront alors rendues accessibles, sans restriction, sur le site des Associations de Genève (www.associationsdegeneve.ch)

 

2)     La position et l'analyse du groupe « Libéraux et indépendants » à la Constituante, publié sur son Blog le lundi 30 mai 2011, illustre parfaitement l'esprit et les divergences qui règnent à la Constituante.

Il est bien beau, mais sans aucun doute insuffisant de proclamer « haut et fort » que le texte de l'avant-projet est « presque parfait ». Il ne s'agira pas d'argumenter sur un extrait de la Consultation (« C'est sur les réponses de l'échantillon de la population [437 personnes sur 1'000 consultées] que nous nous concentrons particulièrement, ... »), pour convaincre en 2012 la population de la prétendue qualité du texte.

Mais en plus se limiter à l'analyse d'une partie des 27 questions, péniblement émises par le Bureau de l'Assemblée, dont certaines bien tarabiscotées ou sans lien effectif avec le texte proposé à la Consultation (plus de 200 articles), est difficilement justifiable et extrêmement réducteur. Peut-être là l'expression d'une volonté de s'asseoir sur les autres résultats de la consultation, notamment la position des 310 organismes qui ont participés et, souvent, de façon très détaillée.

La remarques suivante semble confirmer cette position qui pourraient être considérée comme « autiste » : « Les commentaires reçus dans le cadre de la consultation (en dehors du questionnaire) confirment un certain nombre de critiques exprimées à l'encontre de l'avant-projet et suggèrent quelques solutions qui renforceraient le soutien au projet », où alors il n'est là que stratégie concoctée par une droite persuadée que ses valeurs priment sur toutes autres.

En effet, en l'absence d'autres positions exprimées par la droite, on peut bien imaginer que celle-ci fait office de position de l'entier des groupes représentés, ainsi unis comme les doigts d'une mains, depuis le printemps 2010 (Libéraux et indépendants, Radicaux ouverture, PDC, MCG et G[e]Avance), la surprise venant (parfois) du groupe UDC qui visiblement tient à garder sa marge de manœuvre ...

 

3)     Il est enfin intéressant de voir la liste (publique) des organismes qui ont participés à la Consultation. Un exemple tout à fait intéressant est celui de la participation en force des milieux « économico-politiques » domiciliés à la FER (Fédération des entreprises romandes), dont certaines prises de position (non publique) sont rigoureusement identiques, avec toujours une signature commune, à l'exemple de :

  • le Trade Club de Genève,
  • la Fédération du commerce genevois,
  • la Fédération économique du centre-ville Genève,
  • l'Association genevoise des détaillants en textiles,
  • l'Association genevoise des entreprises d'entretien des textiles,
  • l'Association genevoise des fabricants d'articles en cuir,
  • l'Association genevoise des fabricants et grossistes en textile et accessoire et
  • l'Association genevoise des marchands de chaussures et maroquiniers

Mais aussi bon nombre d'autres positions qui se répondent presque comme des « polycopiés ». Serait-ce là l'expression d'une implication constructive, forte et nouvelle de ces milieux dans nos travaux ? Non bien sûr, je suis trop naïf, cela doit être simplement le hasard et la conjonction de points de vues !

 

Quoi que l'on veuille en dire ou en penser, en 2012, il faudra beaucoup de conviction pour espérer faire accepter une nouvelle Constitution pour Genève, par les genevoises et genevois !

L'engagement des uns et des autres dans la campagne démontrera alors si il s'est agît d'un exercice alibi, où certains se sont passablement amusés et qui aura coutés de trop nombreux millions aux contribuables genevois, ou un véritable projet pour Genève.

Il est encore évident que ce n'est pas en faisant [les uns] contre [les autres], mais bien [tous] ensemble, que l'on pourrait envisager obtenir un texte qui fédère plutôt que divise ... toutefois à ce jour, je ne suis pas sûre qu'il s'agisse là d'une logique ou volonté véritablement partagée.

 

Il est peut-être encore temps de relever la barre ... qu'on se le dise !!!

 

 

Boris Calame, designer sgd et écologue, indépendant

Constituant, élu sur la liste des Associations de Genève

 

 

PS : Un regret enfin, que le Blog « Une nouvelle Constitution pour Genève » de Jean-François Mabut, responsable des blogs de la Tribune, se soit endormi le 9 mars 2011 ... es-ce à comprendre que ces observateurs de la scène politique genevoise, n'y croient plus et n'entendent ainsi plus y consacrer trop d'énergie ?!

Commentaires

Cher Boris, cher Albert,

Effectivement, l’UDC veut garder sa marge de manœuvre. En analysant les votes des plénières (dans une moindre mesure ceux en commission), on voit bien que c’est la position du groupe UDC qui fait pencher la balance et il en sera ainsi lors de la votation populaire du 14 octobre 2012.

Notre groupe, exclu dès le début des travaux de la Constituante, mis devant le fait accompli (présidence de l’assemblée, présidences des commissions), n’est pas le porteur d’eau que certains s’imaginent.

Nous sommes, nous étions, ouverts aux arguments des uns et des autres, prêts à expliquer notre position, une position qui est dictée par notre programme électoral, et par le serment que chaque membre de la Constituante a prêté.

Permettez moi de revenir à ce serment lointain, dont plus personne semble se souvenir.

Nous avons promis de travailler pour le bien du peuple genevois, pas pour une quelconque doctrine politique, ou autre…isme.
Au-delà du respect de notre propre électorat, il y a le respect des intérêts de la population toute entière concernée par nos travaux.
Terminons-les !

Ludwig Muller
Constituant UDC

Écrit par : ludwig muller | 07/06/2011

Les commentaires sont fermés.