10/05/2011

Cherpines-Charrottons : Que l’Etat fasse des projets pour loger la population est une évidence, mais de là à ce que l’on nous manipule …

Contrairement à ce qu'affirment le Blog de Laurent Seydoux et le site urgence-logement, la densité d'habitants projetée sur l'entier du secteur Cherpines-Charrottons est bien moindre que celle de la Ville de Genève (env. -20%).

En en effet, en Ville de Genève, toutes les infrastructures nécessaires à la cohésion sociale sont en place (logements, salles de spectacles, terrains de sport, parc publics, écoles, crèches, commerces, activités et infrastructures), comme cela devrait être le cas aux Cherpines-Charrottons.

Ce secteur, dans la dernière version « annoncée » du projet prévoit 6'500 habitants, 3'000 logements et 4'000 emplois sur 58 hectares, soit 112 habitants/hectare, 52 logements/hectare et 69 emplois par hectares, soit un cumul de 181 emplois et habitants/hectare.

En Ville de Genève, le ratio est de 131 habitants/hectares (+17%), 71 logements/hectares (+37%) et 107 emplois/hectare (+55%), soit un cumul de 237 emplois et habitants/hectare (+31%).

Si l'on voulait appliquer (véritablement) le même ratio, que celui existant en Ville de Genève, au secteur Cherpines-Charrottons, il faudrait annoncer au minimum :

7'598 habitants, pour 4'118 logements et 6'206 emplois sur ces 58 hectares

Mais la crise du logement étant ce qu'elle est à Genève, il faudrait bien s'appliquer à modifier le ratio en conséquence. En diminuant le nombre d'emploi à « seulement » 4'000, on devrait parvenir à réaliser 4'500 logements pour 9'700 habitants.

On pourrait aussi réduire la zone d'activité et industrielle, le cas échéant la zone sportive, pour permettre au final à 10'000 à 12'000 habitants d'y loger.

Sur la base des mêmes statistiques que les promoteurs du projet (source office cantonal de la statistique), il est démontré que le potentiel de construction de logement aux « Cherpines-Charrottons » n'est absolument pas réalisé. Si inclure le Lac dans les statistiques comparatives peut manquer de bon sens, dans le cas présent c'est au minimum une belle façon que les promoteurs du projet ont de manipuler les chiffres.

Que l'Etat s'engage dans des projets de qualité, qui répondent à l'urgence et à la pénurie de logements, est évidemment d'une grande priorité. Mais de là à nous annoncer fièrement que sur pareille surface on va réaliser 3'000 logements, il y a un pas que je n'aurais pas osé franchir.

Le choix du vote ne me semble plus à démontrer, la manipulation n'a jamais servi les chiffres, elle doit alors servir des intérêts bien particuliers, fortement liés à ce projet ... (?!).

 

Boris Calame Designer sgd et écologue, Constituant

 

D'autres informations sont aussi disponibles sur le site des référendaires : www.plainedelaire.ch

Commentaires

La tdg "ferme les discussions" qui les dérangent. Alors bon il reste les blogs! Il serait intéressant de construire des barres d'immeubles à Cologny, ce quartier étant devenu infréquentable. Pourquoi sacrifier des terres agricoles qui se trouvent près de "zones populaires" et pas des terrains dans des zones où vivent mafieux, putes, banquiers, etc. ? Pour ne pas "dévaluer" le terrain ? Mais quand on pense à ceux qui vivent dans ces propriétés mal-acquises (argent sale en général), le quartier n'est-il pas déjà amplement dévalué ?

Écrit par : Grumpy | 10/05/2011

Merci pour votre argumentaire fait de calculs bien compliqués pour en fait bien démontrer que le projet prévu est dense et ne gaspille pas le territoire et on est loin du pavillonnaire dont parle les opposants. Pour rappel Genève est déjà la ville la plus dense de Suisse, 50% plus dense que Carouge. Maintenant si c'est une cité dortoir de type banlieue française que vous voulez, dite le clairement.

Écrit par : laurent Seydoux | 10/05/2011

@ Laurent Seydoux: Merci pour votre message, qui confirme que le débat n'est pas fini. dans le cas présent, plusieurs intérêts peuvent s'opposer et c'est bien à l'Etat de trouver et imposer une solution efficace et économe.

Je constate, à relire le Plan directeur cantonal, mis à jour en 2010 et disponible sur le site de l'Etat, que la ligne de tram prévue entre Genève et Saint-Julien figure, en toute logique (fonctionnalité, potentiel et qualité de l'offre à venir), sur la route de Saint-Julien et non la route de Base.

La Ville de Genève à une densité et une qualité de vie qui n'a rien à voir avec une citée dortoir ou cité satellite. Le problème de qualité de vie d'un quartier n'est pas régit par la densité, mais bien par la mixité et les services de proximités, ainsi que les structures collectives et de loisirs. A densité égale, le fait de construire en hauteur permet de libérer des espaces intérieurs au service de la qualité de vie des habitants et employés.

Afin d'assurer la cohésion sociale et la vie d'un (nouveau) quartier, il est indispensable de se donner les moyens qui puissent garantir, à terme, la viabilité des structures de proximité. Pour les pérenniser économiquement, il est aussi indispensable d'avoir une densité d'habitants et/ou d'emplois "forte" qui utilise les dits services et autres commerces.

C'est aussi bien de cela qu'il s'agît.

Écrit par : Boris Calame | 10/05/2011

@Boris Calame: Si la voie du tram à travers Plan-les-Ouates sur la route de St-Julien est sur le point d'être reléguée, c'est justement parce qu'elle n'offre rien de plus qu'actuellement avec le D et le 4 et qu'elle viendrait se connecter au Bachet qui n'a aucun potentiel actuel ni futur avec, en plus, une gare du CEVA secondaire. Par-contre, relier St-Julien au coeur du futur de Genève que sera le PAV avec en plus la gare du Pont-Rouge qui est une gare principale et tout cela en traversant à la fois une zone industrielle et un nouveau quartier dense et mixte, voilà une vrai vision du futur plutôt que de rester sur les voie historique.

Écrit par : laurent seydoux | 10/05/2011

@ Laurent Seydoux: Pour le relégation du tram au travers de Plan-les-Ouates, je veux bien l'entendre, j'attends toutefois une étude, puis une détermination en la matière.

Pour ce qui en est des Gares de Pont-Rouge et du Bachet-Carouge, elles sont toutes deux de même niveau, c'est des stations, si ce n'est que celle du Bachet-Carouge dispose et disposera d'une meilleure déserte en matière de TP.

Enfin, pour ce qui en est du PAV, les deux stations sont aux extrémités (opposés) de ce secteur, la zone d'influence y relative sera donc très similaire ... le développement envisagé d'un tram sur la route des Jeunes, pourrait être cohérent en lien avec celui- en provenance de Plan-les-Ouates ...

Aujourd'hui, il y a bien trop d'incertitudes pour pouvoir affirmer autant que vos propos ...

Bien à vous

Écrit par : Boris Calame | 10/05/2011

Les commentaires sont fermés.