05/05/2011

Déclassement des Cherpines – Information factuelle versus propagande immobilière - Lettre ouverte à Philippe Roch

Cher Philippe Roch,

 

C'est avec stupeur que j'ai découvert ta position pro-déclassement du secteur de la Plaine de l'Aire, dit des Cherpines-Charrottons (annonce publicitaire, TDG 30.04.2011).

 

Défenseur de l'environnement, tu y affirmes que toutes les infrastructures ont été étudiées (...) pour réaliser un écoquartier. Soit, tu as été intoxiqué par quelques pros-déclassement, soit ton propos est intéressé ?!

 

En effet, dans le cadre d'un projet de déclassement et encore plus dans le cas présent et la loi qui est proposée au peuple ce 15 mai 2011, il n'est pas possible d'affirmer pareil propos, ce que tu sais pertinemment, toi qui a été éminent Directeur de l'OFEFP (Office Fédéral de l'Environnement, des Forêts et du Paysage).

 

Même dans le projet d'urbanisme qui semble lié, il peut y avoir des intentions générales, mais en aucun cas des détails comme tu l'affirmes. On le voit très simplement, il y a quelques jours encore, le projet d'une éventuelle liaison du tram vers Saint-Julien passait exclusivement sur la route de Base, maintenant il s'annonce comme une pénétrante au cœur du quartier projeté, en défavorisant de fait la déserte de la ZIPLO (Zone Industrielle de Plan-les-Ouates).

 

Dans le cas présent, le terme d'écoquartier est galvaudé, il ne repose sur aucun critère chiffré ou factuel. Certes, réaliser des bâtiments de type Minergie est bien, mais cela n'en fait pas pour autant un écoquartier. Gérer l'eau, non pas l'approvisionnement mais bien l'évacuation, est simplement une obligation légale.

 

Toutes les données contraignantes actuelles ne donnent aucun garantie de quoi que ce soit, si ce n'est qu'un quart de la surface (13 hectares sur les 58 déclassés) sera dévolue à une zone industrielle et d'activité supplémentaire ... alors que celles-ci sont largement sous-densifiés (ni complètes, ni optimisées) et que l'on ne manque pas de locaux commerciaux et d'activité à Genève, mais bien de logements !

 

Pour ce qui en est de la position du WWF, elle est sans ambiguïté ...

Position WWF - Cherpines-Charrottons.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En soutenant clairement le NON (en l'état) à ce déclassement, tu répondrais plus justement aux défis de l'aménagement de notre canton pour ce XXIe siècle.

 

Dans l'attente, bien à toi.

 

Boris Calame

Designer SGD et écologue, Constituant

 

D'autres informations sont aussi disponibles sur le site des référendaires : www.plainedelaire.ch

Commentaires

Boris, c'est juste le WWF-Genève qui est opposé, et plus particulièrement le Comité du WWF-Genève.
Et je suis convaincu que cette position n’est pas le faite de l’ensemble des membres…
A-t-elle au moins été avalisée par une assemblée générale ?
Si c’est le cas, je serais heureux que tu publies l’extrait du procès-verbal y relatif.

Écrit par : charly schwarz | 05/05/2011

encore un bien logé confortablement qui fait la fine bouche préférant quelques cardons que loger quelques uns de nos concitoyens qui n'en peuvent plus de rechercher un logement.
Vous n'avez à la bouche que le mot eco-quartier. Savez vous à combien se monte le prix de revient de m2 habitable en éco-quartier. ce chiffre sera peut-être acceptable pour vous bien que je doute que vous quittiez votre logement actuel et son bas prix (de grace ne nous servez pas Fribourg en brisgau, car la bas les terrains ont été donnés suite au départ de l'armée francaise)
mais un éco-quartier est hors de portée d'un citoyen lambda
vous devriez peut être vous réveiller et contempler la vraie vie

Écrit par : pralong norbert | 05/05/2011

@ Norbert Pralong: Merci pour votre message. Oui je suis logé, toutefois bien je ne le pense pas (...). Pour ce qui en est de votre question du prix de revient du m2 habitable en éco-quartier, je serais très intéressés par quelques chiffres ...

Pour tout achat ou réalisation, il y a toujours les coûts de construction ou d'acquisition, d'exploitation et indirectes. Si l'on veut comparer, il faut prendre obligatoirement ces 3 types de coûts.

Au jour d'aujourd'hui, on construit pour 50 à 100 ans. A terme, tous les efforts entrepris actuellement seront économiquement au bénéfice des propriétaires et locataires (on peut penser là à un maximum d'autonomie énergétique).

L'impact de la planification, de la construction et de la vie des aménagements actuels se répercutera pendant plusieurs dizaines d'années. Il faut alors impérativement prévoir des aménagements cohérents, notamment en matière de proximité et mixité, accessibles, notamment en matière de mobilité et économes en ressources (sol, matériaux et volumes de construction et ressources fossiles).

Avec les connaissance scientifiques actuelles, en matière socio-économie et environnementale, il n'est plus possible de gaspiller ... C'est bien de cela que l'on parle et non d'un simple déclassement.

Bien à vous

Écrit par : Boris Calame | 06/05/2011

@ Charly Schwarz: Les quartiers durables sont l'un des domaines d'expertise du WWF, à ce sujet, je t'invite à parcourir le site du WWF Genève (http://www.wwf-ge.ch) et plus particulièrement la rubrique "Quartiers durables".

L'aménagement du territoire, de par les impacts environnementaux qu'il implique, est également un autre domaine d'expertise du WWF.

La mission du WWF est donc bien de préserver, autant peut-il se faire, "une planète vivante".

Dans ce cadre, il cherche à influer sur l'optimisation des aménagements prévus, notamment en matière de préservation des biotopes, et à limiter l'impact de ceux-ci sur l'environnement.

Dans le cas présent, c'est de cela qu'il s'agit ...

Écrit par : Boris Calame | 06/05/2011

Les commentaires sont fermés.