03/05/2011

Un écoquartier à forte densité aux Cherpines-Charrottons ?

&

Il y a deux secteurs du territoire genevois qui sont annoncés comme prochains modèles d'écoquartiers. Il y a un premier projet porté par l'Etat et les communes de Plan-les-Ouates et Confignon, pour déclasser et aménager le secteur dit des « Cherpines-Charrottons » (Plaine de l'Aire) et mis en votations ce 15 mai, et un second projet porté par la Ville de Genève qui est nommé « Carré-vert » ou « écoquartier de la Jonction ».

 

« Cherpines-Charrottons » c'est 58 hectares (www.ge.ch/cherpines), avec :

- 30 hectares dévolus au logement, soit la moitié de la surface totale déclassée, pour 3'000 logements

- 13 hectares de développement industriel et artisanal, soit près d'un quart de la surface, pour 2'500 emplois

- 15 hectares d'infrastructures sportives, soit plus d'un quart de la surface totale (en plus de l'existant)

- Une éventuelle ligne de tram en direction de St-Julien et sans doute toujours 7'000 places de parcs,

 

« Carré-Vert » c'est 3 hectares (www.carre-vert.ch), avec :

- 300 logements

- des commerces et activités

- un forum, des espaces culturels et associatifs

- des dépôts du Musée

- une crèche, un demi groupe scolaire et des locaux parascolaire

- le tram devant la porte

 

Une  simple comparaison s'impose entre les « Cherpines-Charrottons », où il est prévu de réaliser 52 logements par hectares, et le « Carré-vert », où c'est 100 logements par hectares qui sont planifiés, soit presque le double, tout en y implantant les infrastructures nécessaires à son bon fonctionnement et, autant que possible, à sa cohésion sociale.

Il est alors mensonger de prétendre que le projet d'aménagement des « Cherpines-Charrottons » est dense et économise le sol. Par la sous-densification qui y est prévue, gt;il s'agît en fait d'un gaspillage effréné du territoire, qui à comme but de satisfaire les communes de Plan-les-Ouates, pour la réalisation d'un méga centre sportif qui occuperait le quart de l'espace disponible (en plus des terrains de sport déjà existants), et d e Confignon, pour la réalisation d'un quartier industriel et artisanal qui occuperait un autre quart de l'espace disponible et lui rapporterait quelques revenus fiscaux.

Il est bien évident qu'avec un tel programme, le potentiel de réalisation de logement ne peut être que minimaliste.

Alors OUI pour des logements à Genève, mais NON le 15 mai à ce déclassement de la Plaine de l'Aire (secteur « Cherpines-Charrottons ») qui nous annonce, en l'état, un gaspillage extraordinaire du sol.

Dans cette campagne de votation où le rouleau compresseur de la propagande politique mensongère est bel et bien lancé, les pros-déclassement nous annoncent que nous nous prononçons exclusivement sur le déclassement (ce qui est formellement le cas), mais à entendre les arguments utilisés en faveur de celui-ci, il faut constater que la campagne en faveur du projet d'urbanisme concocté sous l'égide de nos autorités est omniprésent et c'est donc bien de cela que l'on parle.

Le résultat du vote influera donc directement les options et/ou décisions à prendre par nos autorités, à savoir une certaine volonté (ou pas) de faire évoluer ce projet qui, pour l'heure, brande notre sol, cette précieuse ressource non renouvelable.

Est-il en effet acceptable avec l'exiguïté de notre territoire et la pénurie de logements à Genève que, sur une surface déterminée, on en gaspille près de la moitié pour des zones d'activités et sportives ... et que le reste soit, en plus, sous-densifié ?

De plus, à voir la dernière publication éditée par l'Etat au sujet de ce quartierCherpines4dLIGHT.pdf, il et évident que nous ne serons pas là en présence de logements répondants aux besoins prépondérants de la population, mais bien de logements réservés à une certaine élite ...

Le bon sens oblige alors à s'opposer au déclassement prévu en l'état, dans l'attente que le gouvernement revoit sa copie et nous présente un nouveau projet ...

 

Boris Calame

Designer SGD et écologue, Constituant

 

D'autres informations aussi disponibles sur le site des référendaires : www.plainedelaire.ch

Commentaires

Manifestement c'est pas la manipulation des chiffres qui vous effraie pour justifier votre théorie. Et c'est pas la première fois.
En vérité, c'est plus de 40 hectares pour le logement et seulement 5 hectares pour le sport la culture et les loisirs.

Prendre un bout de quartier de ville de 3 hectares déjà bien implanté dans un milieu urbain et le comparer à un nouveau quartier de ville de 58 hectares à créer complétement pour le rendre autonome me semble une comparaison bien audacieuse.

Écrit par : Laurent seydoux | 03/05/2011

@ Laurent Seydoux: Toutes mes données sont extraites des documents et sites officiels (les références sont mentionnées). Il n'y a donc aucune manipulation, que des constats ...

Bien à vous

Écrit par : Boris Calame | 03/05/2011

En tant que simple citoyen, j'avoue me perdre dans vos bataille de chiffre (58ha, 40ha et maintenant seulement 30h pour le logement), d'autant plus que je ne vois pas ce que cela change, car (sauf erreur de ma part) même avec "seulement" 30 hectares pour le logements (je veux bien des liens directs sur ces chifres d'ailleurs):

30 hectares = 0.3 km2

Donc 3000 logements/0.3km2, ca fait du 10'000 logements/km2. Non ?

A la louche ca fait du 20'000 habitants/km2 (je suppose (j'espère!) qu'on va pas construire que des clapiers à lapin de 12 m2 pour 1 personne), soit presque le double de densité moyenne que ce que l'on trouve... en ville de Genève ( http://www.geneve.ch/statistique/cartes/01/01_02_1/C01_02_1_13.pdf ) ou en gros une densité quasi-identique aux zones les plus dense en Ville.

Vous appelez ca du "gaspillage extraordinaire de sol" ?

Alors que vous êtes parmis les 1er à être contre la densification/surélévation en Ville sous prétexte que ce la densité est deja trop élevée en Ville (exemple: les surélévations des immmeubles appartenant l' Hopsice Generale à la Jonction ( http://vertsenville.blog.tdg.ch/archive/2011/03/08/surelevation-d-immeubles-a-la-jonction-elevons-plutot-la-qua.html )) ?

N'est-ce pas un peu contradictoire comme position ? J'aimerais bien comprendre... et accesoirement connaitre les solutions concrète des Verts sur la question du manque de logement, vu qu'apparemment les Cherpines c'est assez dense et en ville c'est deja trop denses.

Merci pour les éventuelles réponses. Bonne journée.

Écrit par : mouais | 03/05/2011

De toute façon, moi j'ai déjà voté, et j'espère que le gens vont prendre conscience que dilapider le peu de terre nouricière qui nous reste ne doit pas être pris à la légère et surtout ne pas être laissé en main de promoteur qui nous parlent "d'event center" et autres centre commerciaux.

Écrit par : Dji | 03/05/2011

@ mouais: Bonjour et merci pour votre questionnement,
Pour les Cherpines-Charrottons, la loi sur laquelle on se prononce le 15 mai donne deux indications précises, soit:

Sur les 58 hectares prévus, 13 hectares (soit près du quart) seront dévolues exclusivement à de la zone industrielle et artisanale, 3 hectares à de l'équipement public pour la construction de l'Ecole de culture générale et le solde (42 hectares) pour toutes sortes de réalisations dont, notamment du logement, mais aussi des équipements sportifs (15 hectares annoncés, soit un deuxième quart) des activités et autres services.

Si sur ces 58 hectares, qui devraient être prévus en première priorité pour du logement, on perd déjà près de la moitié de la surface pour des aménagements qui ne sont pas prioritaire pour la population genevoise ... il y a effectivement une crise du logement à Genève, mais pas de l'économie ...

De plus, le projet est prévu comme un espace certes de qualité (de haut standing), mais avec des bâtiments de très faible gabarit qui occupent une très grande place au sol, sans loger grand monde ...

Je publierais dans une prochaine note quelques images extraites des documents officiels.

Bien à vous

Écrit par : Boris Calame | 03/05/2011

@ mouais: un complément: n'étant membre des verts, je ne peux me prononcer sur leur positionnement, ce que je crois savoir par contre, c'est que pour eux le secteur "Cherpines-Charrottons" est sous densifié, qu'il gaspille le sol productif (culture) et n'est pas prévu en priorité pour du logement, pour les Socialistes, à ma connaissance toujours, il sont favorable au déclassement en étant persuadés qu'il faut du logement à Genève et qu'en soutenant ce déclassement, il pourront faire évoluer positivement ce projet ... Pour ma part, ce dernier argument, je n'y crois pas du tout ...

En cas de OUI au déclassement, le signal sera clair, vous (la population) avez accepté de déclasser, alors nous (les autorités) allons construire ce que l'on a décidé ... il restera alors la seule possibilité de l'opposition ... qui ne fera que retarder une quelconque réalisation ... Es-ce vraiment cela que l'on souhaite à Genève ?

Dans un processus d'aménagement du territoire cohérent, dans le cas présent sur une surface non négligeable (58 hectares, soit l'équivalent d'environ 80 terrains de foot), il est normal de faire d'abord un projet, puis de demander le déclassement qui est justifié par le dit projet ... ce qui n'était pas le cas lors du vote du Grand-Conseil et toujours pas le cas dans le cadre du vote du 15 mai ...

Bien à vous

Écrit par : Boris Calame | 03/05/2011

La votation du 15 mai porte sur le principe du déclassement, pas sur le nombre de logements.

Je suis d'accord avec vous : la densité est trop faible, elle devrait être de 240 logements à l'hectare. Mais débattre de la densité se fera plus tard, au moment de la procédure d'aménagement.

Il faut donc voter OUI et se battre pour que la densification soit la plus élevée possible.

Écrit par : C. Bertrand | 03/05/2011

@Boris Calame

Merci pour vos réponse et au temps pour moi! J'ai cru que vous étiez membres des Verts. ma question les concernant ira directement vers eux. Mea maxima culpa...

Faire uniquement (ou quasiment que) du logements dans cette zone, reviendrait à en faire une cité dortoir. Ce qui n'est souhaitable pour personnes (futurs habitants, communes concernées, ainsi que le reste de la régio du fait des problèmes de mobilité supplémentaire que cela engendrerait)
N'est-ce pas justement une bonne raison pour s'assurer d'une bonne mixité logements/tissu économique/infrastructure (sportive, loisirs ou autres) ?

De plus un des arguments des "pro-projet des cherpines" (et qui se trouve dans le cahier des charge) concernant la zone industrielle et artisanale est qu'une partie de cette dernière serait utilisée pour relocaliser les entreprises se trouvant actuellement sur le secteur du PAV. Ce qui de facto favoriserait/faciliterait l'avancée du projet PAV qui permet justement de créer nombres de logements dans une zone deja urbanisée réduisant d'autant le "grignotage" des zones agricoles, villas, foret, etc. Cela me semble non négligeable.

(je me base sur les documents disponibles ici: http://etat.geneve.ch/dt/amenagement/cherpines_cahier_charges_pour_plan_directeur_quartier-723-4808-11570.html)

Écrit par : mouais | 03/05/2011

@ C. Bertrand: Bonjour et merci pour votre message:

De fait, la votation porte effectivement sur le déclassement des 58 hectares, mais avec un quart dévolu exclusivement à de la zone industrielle et artisanale (13 hectares). Le solde sera partagé entre les différents intérêts en présence (notamment une mégalo zone sportive). Es-ce vraiment admissible dans la crise que connait actuellement Genève, de réaliser une énième zone de ce type, sans un programme contraignant de densification?

Il suffit d'aller voir les zones industrielles existantes, que ce soit celle de Plan-les-Ouates (ZIPLO), de Meyrin-Satigny (ZIMEYSA) ou toutes autres, pour voir le gaspillage de sol. D'énormes espaces perdus, beaucoup de bâtiments de moins de 10 mètres de haut, des surfaces "infinies" de parkings en plein air, des surfaces immobilisées pour d'éventuels développements ultérieurs, ...

Il faut densifier Genève, tous le monde le dit, mais malheureusement les projets soumis à autorisation ne le font pas ... il faut alors, un vrai projet, pour que le peuple puisse se prononcer en connaissance de cause et non pas en fonction de vague promesses faites par les uns et/ou les autres.

Il faut se rappeler que les propriétaires des parcelles restent maîtres chez eux, ils construiront ce que bon leur semble, il n'y a pas d'acte véritablement contraignant. C'est bien de cela qu'il s'agît t qui est absolument inadmissible !!!

Écrit par : Boris Calame | 03/05/2011

de la contrainte en matière d'aménagement des sols et de propriété foncière ? Vous êtes drôle ... la moindre entrave à la liberté de spéculer sur le bien le plus rare de Genève - le sol - sera invariablement libellée du nom de communisme.

Écrit par : Dji | 03/05/2011

@ mouais : Débat intéressant, je vous renvoi toutefois à ma note précédente à l'att. de C. Bertrand. En complément, ce qui est effarent dans cette histoire c'est que l'on puise déclasser une pareille surface, sans justifier ce que l'on va y faire ... depuis plusieurs mois, les porteurs de ce projet nous annoncent des évolutions ... on est quand même passé de d'environ 1'500 logements (au moment de la votation du Grand-Conseil) à près de 3'000 aujourd'hui, les 7'000 places de parcs n'ont pas été remises en question à ma connaissance, chiffre totalement incompatible avec la "volonté" de faire un écoquartier, la zone industrielle n'a pas été réévaluée, la zone qui pourrait être dite comme mixte (zone de développement 3) ne mentionne aucune proportion contraignante pour quoi que ce soit, c'est donc selon les humeurs et les motivations du parlement que 'aménagement se fera.

Lors d'un débat récent sur le sujet, à Confignon, John Dupraz (agriculteur et ancien député radical) s'en est pris à Marc Muller (Conseiller d'Etat et libéral) en affirmant qu'il fallait arrêter de brader les terres agricoles ... Le projet de MICA est un exemple, le projet (déclassement) date du milieu des années '70, à ce jour il n'y a toujours rien de réalisé, d'ici quelques années, nous aurons sans doute droit à des espaces généreux, des bâtiments bas et quelques habitants ...

A Genève, s'il l'on veut préserver notre patrimoine, il est urgent de changer de paradigme! Le sol n'est pas inépuisable, il faut au plus construire de façon dense pour une "agglomération compacte, multipolaire et verte" (définition du projet d'agglomération). Ce qui n'est pour l'heure absolument pas le cas dans ce projet ..

Pour ce qui en est de la mixité d'un quartier, quel qu'il soit, cela doit être une priorité. Dans ce cas, nous avons trois secteurs clairement distincts, soit une Zone industrielle et d'activité le long de l'autoroute, deux zones mixtes séparées par une énorme zone sportive à vocation "régionale" ...

Bien à vous

Écrit par : Boris Calame | 03/05/2011

@ Dji: Peut-être bien, mais un moment il faut faire des choix, car de fait on exproprie les agriculteurs de leur outil de production, si tel est le cas, il n'y a pas de raison qu'à ce changement d'affectation et à cette plus value foncière on y mette pas des conditions contraignantes ...

Le rôle de l'Etat n'est-il pas d'oeuvrer pour le bien commun ?

Le logement est effectivement d'une grande priorité pour bon nombre de genevoises et genevois qui ne trouvent à se loger, si ce n'est à des prix exorbitants !!! C'est là que le contrôle de l'Etat (zone de développement) est indispensable, histoire de "limiter" la casse, il doit alors faire son boulot et informer objectivement la population ... des multiples enjeux liés !!!

Bien à vous

Écrit par : Boris Calame | 03/05/2011

Mais moi si je suis agriculteur, je veux volontiers me faire "exproprier de fait" de mes outils de productions, particulièrement si le prix au mètre carré de mes terres se voit multiplier par 50.

Mais bref, je paraphrasais : je suis clairement POUR des mesures contraignantes en matière d'aménagement et une reprise en main par l'Etat des terres servant pour le logement, pour moi le seul moyen d'éviter les hausses de loyers hallucinantes qui ont lieux ces temps-ci.

Écrit par : Dji | 03/05/2011

A titre d'exemple, des 5 pièces de 25 ans d'âge, dont le coût d'achat fut d'environ 250'000 fr, sont loués en cas de changement de propriétaires, après rénovation sommaire (peintures) pour 3000.-

Écrit par : Dji | 03/05/2011

@Boris Calame
Je me demande où vous avez été chercher une zone sportive de 15 hectares?, alors que dans tous les documents elle est de 5 hectares, y compris dans le projet de loi objet du vote. Merci de bien vouloir corriger cette fausse affirmation.

Toutes les indications chiffrées sur mon blog: http://laurentseydoux.blog.tdg.ch/archive/2011/05/02/les-cherpines-la-realite.html

Bien à vous

Écrit par : Laurent Seydoux | 03/05/2011

Cher Boris,
J'ai beaucoup de peine à lire qu'il s'agira de " logements réservés à une certaine élite ".... Des logements d'utilité publique devront obligatoirement être construit dans des proportions prévue par la loi. Est-ce de ceux-ci dont tu parles ?!
Amitiés
Anne

Écrit par : Anne Hiltpold | 03/05/2011

@ Laurent Seydoux: La loi n°10523, sujet de à la votation du 15 mai, ne donne aucune proportion dans les aménagements prévus pour la zone de développement 3. Il n'y a aucun trace d'un espace limité à 5 hectares pour les équipements sportifs.

La dernière donnée chiffrée du projet, publiée sur le site de l'Etat (voir publication d'avril 2011: http://etat.geneve.ch/dt/amenagement/plaine_aire_cherpines-723-4808-11570.html), mentionne que "Les habitations s’organiseront autour d’un coeur vert : un parc de sport et de loisirs de 15 hectares aménagé pour les habitants".

De plus, il est aussi écrit que "Le long de la route de Base (ndlr: qui viennent en plus), des équipements sportifs et des arcades formeront un pôle d’animation partagé avec la zone industrielle de Plan-les-Ouates."

Cela nous mène très vraisemblablement aux 15 hectares annoncés ... libre à vous de nous proposer des chiffres officiels qui engagent l'Etat en la matière.

Bien à vous

Écrit par : Boris Calame | 03/05/2011

@ Anne Hiltpold: La loi sur les zones de développement (LGZD - L1 35), dans son article 4a, al. 3 et 5, précise que:

3 Dans les périmètres sis en zone de développement et dont la zone primaire est la zone agricole, (...), il est réalisé des logements d'utilité publique pour au moins un quart du programme et des logements soumis au régime HM, HLM ou en coopérative d'habitation pour au moins un quart du programme. (...)

5 Si les circonstances l'exigent, le département des constructions et des technologies de l'information peut accepter de déroger aux proportions énoncées dans le présent article. Dans de tels cas, celui qui réalise des logements doit offrir des compensations équivalentes, de manière à ce que les proportions soient respectées à l'échelle du plan localisé de quartier, du plan de zone, voire de la région considérée. Dans des cas de peu d'importance, le département peut exceptionnellement renoncer à cette exigence.

Nous allons donc nous retrouver avec seulement:
- 750 logement de type LUP (sans doute vers la route de base);
- 750 logements de type HM, HLM ou en coopérative d'habitation (sans doute disséminé dans les zones un peu moins exposées aux nuisances);
- 1'500 logements en PPE placés dans les secteurs idéaux à l'exemple des "Terrasses de l'Aire" (Nord-Ouest de secteur, au plus proche de l'Aire).

En effet, l'alinéa 5 susmentionné annonce qu'il est tout à fait possible de ne pas assurer une mixité fine, mais simplement une mixité globale.

Bien cordialement

Écrit par : Boris Calame | 04/05/2011

Le prétendu éco-quartier de la Jonction est un gaspillage. Ne construire en pleine ville que 100 logements à l'hectare est insuffisant. On peut faire du logement de qualité en ville à raison de 200 à l'hectare au moins., ou même 250.


Il y a une crise du logement à Genève. Il faut densifier ou fermer le canton à tout développement, continuer à laisser les jeunes s’installer en France voisine ou sur Vaud.

J'espère que l anouvelle majorité en ville reviendra sur cet éco-quartier de la Jonction, pour profiter de pouvoir créer des logements en ville.

Écrit par : Andres Gomez | 04/05/2011

Les commentaires sont fermés.