26/10/2010

Quartiers durables – Colloque international à Genève

Le 16 novembre 2010 aura lieu à Genève (Palexpo) un évènement unique et exceptionnel:

"Colloque WWF: Tout savoir sur les Quartiers durables, objectifs, mise en œuvre et bilan".

 

 

Quartiers-durables_16-11-2010_Geneve.jpg

 

 

Ce colloque, au format résolument interactif, tentera d'apporter des réponses aux questions que se posent élus, administrations, et architectes-urbanistes:

Comment faire?

Quelles sont les difficultés?

Les solutions existantes?

 

Il s'agira là de faire un point de situation au travers de réalisations et de projets concrets, dont:

Mata de Sesimbra (Portugal)

Hammarby (Suède)

Lyon Confluence (France)

Communaux d'Ambilly (Genève)

 

Toutes les informations (programme, formule d'inscription, documents thématiques) sont sur le site du WWF Genève, à l'adresse "http://wwf-ge.ch/".

 

 

Boris Calame, designer sgd et écologue, indépendant

Membre du comité du WWF Genève

 

 

25/10/2010

A la Constituante : Pour une constitution parlementaire ?

Dans la situation d'impasse dans laquelle se trouve l'Assemblée constituante (absence de consensus, majorité de circonstance, votes bloqués, ...), la frustration de nombreux élu/e/s et l'opposition de tous bords grandissante ... l'annonce du groupe « Radical ouverture » (TDG des 23-24.10.2010, page 14), qui « réclament une réunion d'urgence avec les partis gouvernementaux pour en finir avec les blocages », pourrait être saluées ...

De fait, cette annonce est bien trompeuse et dénature totalement l'esprit de la loi constitutionnelle (Projet de loi 9666-A*) qui a instauré l'Assemblée constituante, par votation populaire du 24.02.2008.

En effet, le point central du débat parlementaire et de la campagne qui a suivit était de créer une véritable entité indépendante, diversifiée et ouverte à la société civile, notamment en réduisant le quorum à 3%.

A ce titre, il est tout à fait intéressant de lire le Mémorial du Grand-Conseil du 04.05.2007 et la prise de position des Radicaux, par la voix du député Gabriel Barrillier :

 

(...). Chers collègues, qu'est-ce qu'une constitution ? Est-ce un beau parchemin rédigé par d'éminents constitutionnalistes et destiné à être présenté dans un musée ? Non, bien sûr ! Une constitution, c'est un contrat social, c'est la manifestation de la volonté collective des citoyennes et citoyens qui veulent vivre dans une société avec des institutions qui fonctionnent. Dès lors, la révision de cette constitution ne doit pas être le fait, bien que leur aide soit véritablement importante, que des experts ! Il faut qu'elle soit la manifestation de cette volonté collective. (...). Le projet qui sort de la commission est un bon projet, parce qu'il va permettre notamment d'élire une constituante qui représente un éventail le plus large possible de la société civile. Car je pense que cette constituante ne peut pas être réservée qu'à une minorité de forces politiques et économiques, et c'est là toute la discussion, je crois, qui a eu lieu sur le quorum pour élire les représentants à la constituante. (...).

 

Mais il est vrai que les stratèges de droits ont pris une décision lourde de sens, ils ont choisis (et les groupes ont suivis) une solution de verrouillage destructif, alors même que tout était en place pour de véritable débats constructifs, des personnes motivées, intéressées et porteuses de parcours diversifiés.

Ce que propose donc maintenant le groupe « Radical ouverture » est  de discuter en catimini avec les seuls groupes gouvernementaux (donc présents au parlement ?!). Soit bannir la société civile des débats, qui auront lieu en dehors des structures de l'Assemblée.

Pourtant, tout au long du processus d'élaboration (parlement) et de mise en place de l'Assemblée (élections), il était en aucun cas question de faire une « Constituante parlementaire », mais bien une « Constituante » ouverte qui puisse mener à une « Constitution pour Genève et le XXIème siècle ».

C'est regrettable de voir l'esprit qui prône actuellement à la Constituante, que de vouloir se débarrasser de groupes** qui ont toute leur légitimité, et représentent bien plus que certains voudraient le croire, en matière de formation de l'opinion et d'expression de la volonté publique ...

Qu'on se le dise ....

 

 

Boris Calame, designer sgd et écologue, indépendant

Constituant, élu sur la liste des Associations de Genève

 

 

* Projet de loi constitutionnelle n°9666-A, proposant la modification de la Constitution genevoise (A 200), pour « Une nouvelle Constitution pour Genève ». Déposée le 19 septembre 2005 par Mmes et MM. Pascal Pétroz (PDC), Véronique Pürro (SOC), Claude Aubert (LIB), Mariane Grobet-Wellner (SOC), Antonio Hodgers (VER), Jean Rossiaud (VER), Anne-Marie von Arx-Vernon (PDC)

** En limitant le débat aux groupes gouvernementaux, devraient être exclus 22 élu/e/s, soit le 27.5% de l'Assemblée (Associations de Genève : 3 / AVIVO : 9 / Genève Avance : 6 / SolidaritéS : 4).

22/10/2010

A la Constituante : « Vive la spéculation ! » ou « Qui ne dit mot, consent !? » …

Es-ce la conclusion à retenir d'un vote de l'assemblée (21.10.2010) relatif à la spéculation foncière ?

Celle-ci a en effet refusée d'inscrire le principe suivant dans le projet de nouvelle constitution pour Genève :

Dans la limite du droit fédéral, l'Etat et les communes mènent une politique sociale du logement, notamment par la lutte contre la spéculation foncière

Non 34 / Oui 32 / Abstentions 2

Certain à droite rétorquent que jamais les spéculateurs ne s'en s'ont mis autant dans les poches et que cette disposition est donc bien inutile ... De fait, il s'agît de tout faire pour bannir différents alinéas et principes inscrits dans notre Constitution actuelle (art. 10A), depuis 1992.

Peut-être que sur la forme le texte date un peu, aurait pu ou du être amélioré, mais de là à en bannir le fond ...

Il y a de vraies questions à se poser sur la représentation effectives des élus de cette assemblée où, visiblement, la défense d'intérêt particuliers prime sur le bien commun. Encore et toujours au détriment de nombreux citoyens, ici à la recherche d'un logement à un prix abordable.

De fait, en s'abstenant d'inscrire cette notion, c'est bien proclamer qu'à Genève la spéculation ne mérite pas et n'intéresse pas la population ...

Afin que chacun/e puisse se déterminer en la matière ou questionner ses élu/e/s, voici la liste des positions par groupe siégeant (13 absent/e/s au vote) :

 

NON :

  • Démocrate chrétien : 5 (/6 élu/e/s)
  • Genève Avance : 6 (/6 élus)
  • Libéraux et indépendant : 13 (/13 élu/e/s)
  • MCG : 4 (/4 élu/e/s)
  • Radicaux ouverture : 6 (/7 élu/e/s)

OUI :

  • Associations de Genève : 3 (/3 élus)
  • AVIVO : 6 (/9 élu/e/s)
  • Socialistes pluralistes : 7 (/11 élu/e/s)
  • SolidaritéS : 3 (/4 élu/e/s)
  • Verts et Associatifs : 9 (/10 élu/e/s)
  • UDC : 4 (/7 élus)

Abstention :

  • UDC : 2 (/7 élus)
503.31.f.jpg

Qu'on se le dise ...

 

 

Boris Calame, designer sgd et écologue, indépendant

Constituant, élu sur la liste des Associations de Genève

13/10/2010

A la Constituante : Passons des signes aux actes …

Visiblement la stratégie développée et tenue depuis ce printemps par les groupes de droite, fédérés par les représentants de l’économie libérale et dure, commence à se lézarder … différents contacts informels laisserait entrevoir un retour à des débats constructifs … espérons rapidement !!!

 

En effet, de nombreux Constituant/e/s de droite comme de gauche se lassent d’une situation destructive, alors même que l’objet même pour Genève de réécrire sa Constitution est et devrait être de fédérer les genevois et genevoises autour d’un projet commun et novateur, qui préserve les acquis populaires. La situation qui prévaut actuellement ne peut que braquer tout un chacun contre ce projet.

 

Un constat, les résultats des votes en plénière ne sont pas bon, car trop fréquemment liés à la circonstance et à des majorités de quelques voix. En fait, tout le monde sait qu’il faudra, en 2012, une très forte adoption par l’Assemblée du texte constitutionnel, pour espérer que le peuple souverain la suive.

 

La réflexion initiale n’était certainement pas suffisante, notamment autour de la définition d’un minimum commun à préserver, mais il faut aussi constater que dans sa courte histoire, par l’engagement de ses membres, l’assemblée à réussit à surmonter passablement d’écueil, espérons qu’elle retrouve la sagesse, se libère du carcan et de la main mise imposés par certains.

 

Appelons les forces progressistes, de gauche et de droite, à la raison, au sérieux, à la collaboration … il n’est en effet pas possible de faire « que des frustrés », au sein et en dehors de l’hémicycle, et espérer atteindre la mission qui nous a été donnée par la population et pour laquelle nous nous sommes engagés.

 

Sortons d’une logique préélectorale en vue des prochaines municipales et surmontons les simples rapports de force. Il est encore temps de revoir sérieusement l’avant-projet de Constitution, qui devrait être mis en consultation en début 2011. Celui-ci devant aussi nous amener des réactions positives et pas seulement négatives.

 

Sans mentir à la population, portons ensemble des propositions réalistes et non utopiques, écoutons sérieusement les attentes et autres doléances de nos concitoyens.

 

La dernière ligne droite des travaux en plénière, avant la consultation, et les éventuels repêchages opérés seront représentatifs. Ils permettront de décrypter clairement la volonté commune de faire aboutir ou échouer ce projet pour Genève et non contre Genève.

 

Forces progressistes, il n’est peut-être pas encore trop tard, réveillez-vous !!!

 

 

Boris Calame, designer sgd et écologue, indépendant

Constituant, élu sur la liste des Associations de Genève

10/10/2010

MOA et moi ?

>

Ce samedi à Rive, en plein centre de Genève, une manifestation à réunit plus de 1'000 jeunes (et moins jeunes), en toute convivialité et en musique, pour soutenir le MOA … là derrière, se pose la problématique de savoir « Quelle place pour la jeunesse à Genève ? » …

 

photo.JPG

 

Peut-on se plaindre d’une jeunesse qui « traine dans la rue » et en même temps lui refuser des lieux qui lui sont propres, des lieux de vie, des lieux de culture ?

 

Selon les bruits qui courent, ES annonce qu’après le MOA ce sera au tour de l’Usine …

 

Le délégué à la jeunesse de le Ville de Genève, M. Claudio Deuel, cité récemment dans la tribune, mentionnait effectivement cette problématique comme bien réelle. Alors, à quand un MOA mobile ?

 

Une politique globale de la jeunesse serait vraiment la bienvenue à Genève.

 

A savoir si l’Assemblée constituante saura prendre en considération prochainement cette « thématique » et lui donnera une valeur constitutionnelle.

 

Les thèses proposées à l’Assemblée* :

 

508.81.a Politique de la jeunesse : L’Etat tient compte des besoins et des intérêts particuliers des enfants et des jeunes en mettant en œuvre une politique de la jeunesse.

 

Dans un autre registre, qui est celui des « Loisirs », et assez proche tout de même :

 

508.32.a Accès aux loisirs : L’Etat favorise l’accès à des loisirs diversifiés, pour tous, qui contribuent à la cohésion sociale, à l’équilibre et au développement personnel.

 

508.32.b Proximité et moyens : L’Etat s’efforce de mettre à disposition des lieux de proximité accessibles à tous, ainsi que les moyens nécessaires pour atteindre ces buts.

 

Ne laissons pas notre jeunesse à la rue, ne lui refusons pas des espaces qui lui sont dédiés. Nous avons tous été jeunes, nous avons profités de ce qui existait en son temps, nous avons dansé sur notre musique, parfois même fort tard …

 

 

 

Boris Calame, Constituant, Président de la Maison de quartier de Champel

 

 

 

*Toutes ces thèses sont disposnibles dans le rapport n°508 « Vie sociale et participative » de l’Assemblée constituante, disponible su r son site internet (http://www.ge.ch/constituante)