01/10/2010

"Naufrage de la Constituante" ou "la petite histoire de Genève" ...

A croire que les constituant/e/s ont oubliés leur mission, la raison de leur présence et la teneur même de l'engagement solennel (prestation de serment) qu'ils ont tenus, la plus part le 2 février 2009 (Art. 2 du règlement de l'Assemblée constituante):

 

« Pour l’avenir de la République et canton de Genève et pour le bien-être de sa population, je m’engage à exercer ma fonction sans jamais perdre de vue qu’elle est une délégation de l’autorité suprême du peuple, dans le respect du droit et en ayant pour seul guide les intérêts de la République, ainsi que la sauvegarde des libertés et des droits fondamentaux ;

- à me vouer avec diligence à la mission d’élaborer un projet de nouvelle Constitution dans le délai prévu par la loi ;

- à respecter le règlement de l’Assemblée constituante ;

- à être à l’écoute des autres et à travailler en tout temps dans le respect mutuel. »

 

Après bientôt deux années de travail intense dévolues à la mise en place et au bon fonctionnement de cette assemblée, un très fort engagement et de nombreuses concessions dans le travail des commissions pour l'élaboration du projet constitutionnel, est-il encore soutenable de poursuivre des travaux qui nous mènent obligatoirement dans le mur ?!

 

Toutes les révisions récentes de Constitutions cantonal ont amenée à des progrès sociaux et environnementaux. A Genève aujourd'hui, on ne parle plus que de régression, d'archaïsme et de conservatisme (libéral). Un excès de naïveté m'a sans doute fait croire et espérer qu'on était capable, à Genève aussi, de se mettre autour d'une table et de trouver ensemble des solutions consensuelles pour assurer "le bien commun", soit une qualité de vie pour toutes et tous dans un environnement préservé ... mais il faut encore et toujours constater que les rapports de commission, on s'y assoit dessus en balançant en plénière des amendement "foireux", sont soutenus par une majorité verrouillée ... et pourtant notre règlement dit clairement "Les membres délibèrent et votent sans instructions".

 

La rupture et les clivages sont tels, dans cette Assemblée, qu'il n'est et ne sera sans aucun doute plus possible de réparer les dégâts ou revenir à une négociation constructive ... La gauche (élargie) est peut-être naïve, mais certainement pas masochiste à attendre, encore et toujours, de prendre des coups ...

 

Enfin, à entendre certains, on se croirait véritablement sur des bans d'école, avec des élèves distrait, chahuteur et turbulents, ou peut-être plus justement dans la cour d'une école où l'on se venge, notamment pour régler de vieux conflits parlementaire, en imposant le poids d'une majorité de circonstance. Cette majorité, à forcer de braquer de nombreuse et diverses catégories d'électeurs, ne pourra en aucun cas se relever !

 

Alors oui, la Constituante de 2008-2012 est en l'état condamnée à sombrer dans la petite histoire de Genève, après un pr emier échec de révision en 1862, la Constitution de 1847 est donc condamnée à rester valable encore de nombreuses années ... l'avantage étant, sans doute, que ses quelques 120 révisions partielles, voulue par le peuple genevois, ne seront ainsi pas simplement éliminées !!!

 

Reste donc à savoir quand es-ce que l'on arrêtera ce cirque ...

 

 


Boris Calame, designer sgd et écologue, indépendant

Constituant, élu sur la liste des Associations de Genève

Commentaires

Tout se passe comme si la gauche avait découvert qu'il y avait une droite dans ce canton qui attendait le tournant de l'opinion pour droitiser les textes de lois.

Nous avions une des Cst les plus progressistes de CH, et va GE se retrouver avec un recueil de lois équivalant à ce qu'on peut trouver en Suisse centrale.

Puisque la majorité est à droite dans ce canton, la nouvelle Cst va être acceptée.

Et anticiper celà en singeant Titof et son "c'est pô juste" n'est pas une politique.

J'ai maintenant une question pour vous : êtes-vous capable d'anticipation à gauche?, ou vous allez continuer de subir le diktat de la droite?


Bien à vous

PM

Écrit par : Messmer | 01/10/2010

1) Non, je ne pense pas que c'est une découverte ... c'était plutôt une conviction (vraisemblablement erronée) de la gauche élargie (pour inclure les associations), confiante que le processus de révision constitutionnel se déroulerait de façon constructive et non destructive ...

2) Les travaux en commission on été de bon niveau, avec des débats (relativement) intelligents et (parfois) attentifs, un respect (relatif), des concessions et des compromis, ...

3) L'arrivée en plénière, le verrou de la droite, qui casse toutes les thèses de commission, même adoptée à l'unanimité, amène à un avant-projet de constitution rétrograde ...

4) Le "Titeuf" actuel ou le "Calimero" de mon enfance me font sourire, mais ne sont certainement pas une solution consensuelle ...

5) L'anticipation, sur la suite du processus est en discussion ... à voir s'il sera encore possible de finir de traiter, en plénière, les rapports de la commission 5 ...

Bien à vous

Boris Calame

Écrit par : Boris Calame | 01/10/2010

"1) Non, je ne pense pas que c'est une découverte ... c'était plutôt une conviction (vraisemblablement erronée) de la gauche élargie (pour inclure les associations), confiante que le processus de révision constitutionnel se déroulerait de façon constructive et non destructive ..."

C'est vraiment n'avoir rien compris à la politique récente que d'avoir une telle "conviction" qui démontre une bêtise incommensurable. Quand on n'est pas capable d'analyser la situation politique à Genève, les rapports de force et la volonté d'une droite réactionnaire, il vaudrait mieux s'abstenir de faire de la politique. Ce que je vois ce ne sont que des individus qui n'ont plus d'idéologie et qui vont à la soupe. Vous avez contribué à creuser la fosse où enterrer plusieurs décennies de luttes.

Écrit par : Justin | 01/10/2010

@ Justin

Le processus engagé d'octobre 2005 à mai 2007 par le parlement (instigateur et proposant du texte constitutionnel qui proposait d'instaurer une assemblée constituante, ouverte à la société civile, avec notamment un quorum à 3%) pouvait faire présager d'un débat rassembleur et non opportuniste.

Le peuple souverain, le 24 février 2008, a instauré cette assemblée avec un taux de participation (61.6%) et un score (79.25%) très élevés.

A la suite le processus s'est engagé, il y avait possibilité de déposer des listes, ce qui a été fait par 18 groupements, dont 11 ont ont étés retenus, avec 527 candidat/e/s, pour 80 élu/e/s (19 octobre 2008).

Les travaux en commission se sont fait de façon constructive et relativement consensuelle.

C'est en plénière que tout dérape ... la suite, vous la connaissez ...

Certes, il est peut-être faux de croire que le loup est agneau, mais aurait-il été "juste" de ne pas s'engager avec un désir du bien commun ?

Pour la suite, je vous laisse à votre appréciation ...

Bien à vous

Boris Calame, constituant

Écrit par : Boris Calame | 02/10/2010

Les commentaires sont fermés.