10/05/2014

Initiative de l'AVIVO, mais où va-t'on ..

Hormis ses erreurs grossières d'écriture (la carte journalière valable une heure) et la perte des avantages tarifaires pour les jeunes de 18 à 25 ans (tarifs adultes dès 18 ans), L'initiative 146 de l'AVIVO, dite «Stop aux hausses des tarifs des Transports publics genevois!», nous promets la perte des avantages liés à l'unification tarifaire des différents transports publics de Genève.

Nous sommes actuellement dans la construction de notre réseau ferroviaire avec le CEVA, le redéveloppement de nos infrastructures de tram et le développement général des transports publics, qui doivent permettre de décharger quelque peu nos routes, soit aussi limiter autant que possible, les nuisances liées au trafic, que se soit en matière de bruit, mais aussi en polution de l'air que nous respirons, toutes et tous, quotidiennement.

Vouloir la rupture, telle que proposée par cette inititive, va entrainer une exclusion des TPG du système de tarification unique de la région genevoise (UNIRESO) et engendrerait une multiplication des tickets et autres abonnements à acquerir pour un déplacement donné, soit une augmentation drastique des coûts pour les usagers de transports publics régis par des opérateurs différents (TPG, CFF, ...).

A terme, prendre prendre par exemple le train à la Gare des Eaux-Vives jusqu'au Bachet, puis le tram pour accèder à la Zone indutrielle de Plan-les-Ouates, nécéssiterait l'acquisition de deux billets ou abonnements, l'un des TPG et l'autre des CFF. Est-ce vraiment cette complexification du système et, au final, une augmentation globale des coûts que l'on souhaite pour les usagers ?

C'est ici aussi une attaque frontale contre le CEVA. Cette initiative met en effet en péril l'attrait genéral de cette nouvelle infrastructure et nuit à terme au financement de son exploitation. En effet, pour ne pas payer deux titres de transports, force est de parier que bon nombre d'usagers se limiterons à un seul mode de déplacement ou plus justement un seul oppérateur, en délaissant l'offre incroyable qui devrait être mise à disposition d'ici fin 2019 et en saturant l'autre encore plus.

En votant non à l'initiative 146 de l'AVIVO, le 18 mai 2014, on assume l'avenir de notre mobilité et assure la réalisation d'un réseau cohérent au bénéfice des usagers des transports publics. C'est aussi une décharge proportionnelle des nos routes au bénéfices de toutes et tous.

Ne nous trompons pas de combat, votons alors non à cette initiative qui vise à détruire le développement de nos transports publics...



Boris Calame
Député au Grand Conseil de la République et canton de Genève

22/08/2011

Ils sont fous ces villageois (hommage aux bénévoles) …

 

Carouge_decor_Place-de-Sardaigne_22-08-2011_BD.jpg

Carouge, Place de Sardaigne, 22.08.2011

 

L'esprit d'un village peut sans doute être mesuré à l'implication de ses habitants, me vient à l'esprit ici deux « villages » que je côtoie régulièrement, soit le plus petit du canton, Russin, et le « plus grand » du canton, Carouge ... ce dernier n'est pas tout à fait un village, mais l'esprit du village y reste omniprésent ...

Mais qu'es-ce que cet esprit ?! Simplement que dans ceux-ci la vie associative et l'amitié y sont particulièrement développée et, que de quelques individus et/ou groupements bénévoles, de grands projets populaires s'organisent.

A Russin, commune viticole de moins de 400 habitants, pour sa 49ème Fête des Vendanges, c'est à nouveau près de 40'000 personnes qui sont attendues les 17 et 18 septembre, pour un événement  familial et populaire (www.fetedesvendangesrussin.ch).

A Carouge, ancienne ville Sarde qui commémore cette année son 225ème anniversaire, c'est principalement l'aménagement (en cours et qui vaut le détour) de la place de Sardaigne qui m'interpelle ... En effet, du 2 au 11 septembre, ce sera « Carouge en fête » qui se développera sur les places de Carouge (www.carouge-en-fete.ch). Dans un décor somptueux qui est une expression de la « démesure » que seules des bénévoles pouvaient imaginer et amener à la réalisation, il ne fait aucun doute que l'esprit du village sera présent sur cette « Place San Carlo ».

De cet esprit villageois découle le fait que de nombreux individus s'impliquent ponctuellement ou régulièrement au service d'un territoire, d'une cause ou encore d'un événement, sans eux, la vie serait sans doute bien plus morose ... alors pour que vive l'esprit de la fête et du village, que tous les bénévoles d'ici et d'ailleurs puissent être reconnus et chaleureusement remerciés.

 

Boris Calame

 

NB: A voir sans doute aussi, du 26 août au 15 octobre, l'aménagement pour les 22 ans de l'Usine (www.uzn.usine.ch) et les activités culturelles liées ...

22/05/2011

Champel en fête ... Foraine - 27 et 28 mai 2011

CHAMPEL EN FETE 2011.jpg

Dans l'un des plus beaux parcs de Genève, dans un quartier souvent décrit comme peu convivial, aura lieu les vendredi 27 et samedi 28 mai 2011, la 13ème Fête de quartier "Champel en fête", cette année sous le thème de la fête foraine ...

A l'abri du trafic et de la trop grande foule, c'est un évènement de quartier et d'abord familial qui conserve une dimension humaine et de proximité. Le programme est varié et divertissant avec notamment "Paul K" le vendredi soir, pour danser et partager, et de nombreux concerts et animations le samedi

L'organisation est de la Maison de quartier de Champel en collaboration avec les associations de quartier.

Au plaisir de vous y revoir ou de vous y rencontrer pour partager le verre de l'amitié.

 

Boris Calame, designer sgd et écologue, indépendant

président du comité de la Maison de quartier de Champel

 

23/11/2010

Tu reprendras une part de gâteau ?

Nous l'avons compris, autour de la position explicite des représentants de l'économie, le projet mis au vote ce week-end pour « harmoniser » les horaires d'ouverture des magasins (LHOM) est clairement défini pour augmenter la part de marché des hyper-centres et autres centres commerciaux !

 

Mais le gâteau n'est pas extensible, les parts seront alors plus grandes pour certains (les plus grands, implantés en périphérie) et bien plus petites pour d'autres (les plus petits, ceux qui sont de proximité et qui font la vie des quartiers).

 

Dans les débats relatifs à cette votation, on trouve en effet les ardents défenseurs du OUI, issus de l'économie des hyper-centre et centres commerciaux, et les opposants que sont les petits. Ces derniers, qu'ils soient patrons ou employés, ont des raisons évidentes et légitimes de s'y opposer, ils ont effet beaucoup à perdre, car si cette loi dite « d'harmonisation » devait passer, elle se fera à leur détriment et, par cascade, au détriment réel des consommateurs, citoyens et contribuables genevois.

 

En quelques points, de bonnes raisons de refuser ce miroir aux alouettes :

 

  • Pour les employés : Augmentation de la plage horaire de disponibilité « dû » à leur employeur, plus grande incertitude dans l'organisation des journées et soirées, arrivées très tardive au domicile, péjoration drastique du lien familial et du cadre éducatif, ...
  • Pour les commerces de proximité : Réduction du chiffre d'affaire, perte d'attractivité, augmentation de la durée des journées de travail, disparition programmée de bon nombre, ...
  • Pour les consommateurs : A court terme perte de nombreux commerces de proximité par report de la consommation dans les hyper-centres, perte du lien social en l'absence des commerces de quartier (à l'exemple des quartiers qui ont perdus leur poste), fermeture de bistrots qui auront perdu en attractivité par la disparition des commerces de proximité, augmentation des trajets pour les achats quotidiens, ...
  • Pour les citoyens : Augmentation de l'insécurité et perte d'animation dans les quartiers par la disparition des commerces de proximité, augmentation des jeunes dans la rue qui se retrouveront sans encadrement parental, perte d'attractivité du centre-ville au profit des hyper-centre de périphérie, augmentation en soirée des nuisances liées à l'activité des hyper-centres, ...
  • Pour les contribuables : Augmentation des impôts pour assurer les services nécessaires à ces prolongations (mise en place d'un accueil des enfants en soirée, augmentation à perte de l'offre des transports publics pour la période de prolongation des horaires, décalage en soirée de l'ensemble des services liés), ...

 

Pour une économie durable et juste, les commerçants, patrons et entrepreneurs membres du GEIP* s'opposent à cette loi et vous encouragent vivement à participer à ce scrutin, afin de préserver nos commerces de proximité et la vie dans nos quartiers.

 

 

GEIP_ouverture-magasins_NON.jpg

 

 

 

Boris Calame, designer sgd et écologue, indépendant

Membre du comité du GEIP - Groupement des Entrepreneurs et Indépendants Progressistes

 

 

* Le GEIP Groupement des Entrepreneurs et indépendants Progressistes défend les valeurs d'une économie durable et juste. Il se soucie des droits sociaux et de la protection de l'environnement, ses membres démontrent au quotidien qu'une économie responsable est possible.

 

Plus d'information sur le site du groupement : www.geip.ch

10/10/2010

MOA et moi ?

>

Ce samedi à Rive, en plein centre de Genève, une manifestation à réunit plus de 1'000 jeunes (et moins jeunes), en toute convivialité et en musique, pour soutenir le MOA … là derrière, se pose la problématique de savoir « Quelle place pour la jeunesse à Genève ? » …

 

photo.JPG

 

Peut-on se plaindre d’une jeunesse qui « traine dans la rue » et en même temps lui refuser des lieux qui lui sont propres, des lieux de vie, des lieux de culture ?

 

Selon les bruits qui courent, ES annonce qu’après le MOA ce sera au tour de l’Usine …

 

Le délégué à la jeunesse de le Ville de Genève, M. Claudio Deuel, cité récemment dans la tribune, mentionnait effectivement cette problématique comme bien réelle. Alors, à quand un MOA mobile ?

 

Une politique globale de la jeunesse serait vraiment la bienvenue à Genève.

 

A savoir si l’Assemblée constituante saura prendre en considération prochainement cette « thématique » et lui donnera une valeur constitutionnelle.

 

Les thèses proposées à l’Assemblée* :

 

508.81.a Politique de la jeunesse : L’Etat tient compte des besoins et des intérêts particuliers des enfants et des jeunes en mettant en œuvre une politique de la jeunesse.

 

Dans un autre registre, qui est celui des « Loisirs », et assez proche tout de même :

 

508.32.a Accès aux loisirs : L’Etat favorise l’accès à des loisirs diversifiés, pour tous, qui contribuent à la cohésion sociale, à l’équilibre et au développement personnel.

 

508.32.b Proximité et moyens : L’Etat s’efforce de mettre à disposition des lieux de proximité accessibles à tous, ainsi que les moyens nécessaires pour atteindre ces buts.

 

Ne laissons pas notre jeunesse à la rue, ne lui refusons pas des espaces qui lui sont dédiés. Nous avons tous été jeunes, nous avons profités de ce qui existait en son temps, nous avons dansé sur notre musique, parfois même fort tard …

 

 

 

Boris Calame, Constituant, Président de la Maison de quartier de Champel

 

 

 

*Toutes ces thèses sont disposnibles dans le rapport n°508 « Vie sociale et participative » de l’Assemblée constituante, disponible su r son site internet (http://www.ge.ch/constituante)